20 Sénateurs sur 29 ont des problèmes avec la justice selon l’économiste Etzer Émile

Partager cet article:

Bien tiré dans son costume, devant une immense foule, comme un vrai prédicateur, l’économiste Etzer Émile lâche une information polémique. L’église Roc Solide dirigée par le Révérend pasteur Forges était bien remplie pour écouter l’étrange voix de l’économiste et citoyen engagé.

Il n’a pas mâché ses mots pour montrer son insatisfaction et son mécontentement quant aux gestions administratives du pays. Pour illustrer la politique d’ici, il a indexé le Grand Corps, qui comptait 29 membres, puisque le Sénateur élu Guy Philippe a été empêché et arrêté par la DEA à deux doigts d’entrer au Sénat. En effet, 20 des 29 autres Sénateurs sont impliqués dans des activités louches. L’économiste citait des accusations comme, vol de véhicule, corruption, enlèvement et séquestration, trafic humain, et surtout trafic illégal de stupéfiants et d’armes à feu.

Joint par téléphone, un professeur d’université qui requiert l’anonymat, a considéré des échantillons, il parle des trois Sénateurs du Département du Centre qui sont tous impliqués dans des activités louches, parlant de Rony Appolon C, Wilot Joseph, et Wilfried Gélin. Il faut ensuite mentionner le Sénateur de l’Artibonite, Garcia Delva qui avait des difficultés avec la justice américaine et maintenant inculpé par le cabinet d’instruction pour association de malfaiteurs et enlèvement. 

Deux des Sénateurs du Sud, l’un dénoncé par la clameur publique comme trafiquant de substances illégales, l’autre pour corruption au sein d’une institution étatique qu’il dirigeait par le  passé. Dans le Département du Sud-Est, un dossier impliquant Shelson Sanon, selon un rapport d’une entité des droits humains, qui jusqu’à présent est en détention préventive au pénitencier et qui accusait le Président du Sénat actuel comme son ancien patron, pour trafique des substances illicites. Dans le Département de l’Ouest, l’un des Sénateurs selon un dossier pendant devant la justice est impliqué dans l’enlèvement suivi d’homicide sur la personne de Jacques Roches, un brillant journaliste et homme de lettre.

Pour ce professeur et politologue, les haïtiens font le choix du clan de « bandit légal », l’impunité et la faiblesse de la justice sont scrupuleusement organisées. Etzer Émile n’a pas tort. C’est peut être qu’il a plus de courage, il assume ses responsabilités en touchant la plaie du doigt, et exige aux chrétiens de faire respecter et faire valoir leur droit en posant des actes.

Pour citer nommément l’économiste, « Politik pa bagay sal, se paske se moun sal ki ladan l ki fè l parèt sal. Palman pa bagay sal se paske nou pa vote moun ki moral, si nou se sèl fok nou nan manje a pou l ka gen gou » lance sereinement l’activiste.

Le constat pour la Chambre Haute est assez similaire pour  celle des représentants du peuple haïtien. Ils sont nombreux à trainer de lourds casiers judiciaires.

Sonlay CHERISIER

Sonley CHERISIER

Journaliste, étudiant en sociologie et entrepreneur. Bon amant de la lecture et de la politique. Un mordu de la diplomatie et les sujets internationaux.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :