INTERNATIONAL | Abinader sur Haïti: « Aucune société civilisée ne peut se permettre d’avoir des citoyens sans papiers sur son territoire »

Partager cet article:

Dans une interview accordée par le président Luis Abinader au directeur du journal El País en Amérique, Jan Martínez Ahrensel, où des questions sociales, diplomatiques, sanitaires, économiques et politiques ont été discutées, le président dominicain a déclaré qu’il n’était pas d’accord avec le libre avortement, mais qu’il doit y avoir des motifs permettant l’interruption de la grossesse.

Dans l’interview publiée ce samedi et qui comportait 25 questions, Abinader a souligné que le Code Pénal qui cherche à faire approuver les trois causes, en cas d’inceste ou de viol, de risque de mort de la mère ou que le fœtus présente une malformation incompatible avec la vie est en discussion à la Chambre des Députés, sans s’assurer qu’elle sera approuvée.

Abinader a également soutenu que sa position est la même que celle de son parti le révolutionnaire moderne.

«Je ne suis pas d’accord, comme la majorité de la population, non seulement en République dominicaine mais dans le monde, avec le libre avortement, mais je pense qu’il doit y avoir des raisons qui permettent l’interruption de grossesse. Telle a été la position officielle de notre parti », a déclaré le président.

Parlant des relations de la République dominicaine avec Haïti, il a indiqué que, pour la première fois depuis des décennies, il existe «un gouvernement avec une politique définie envers le pays voisin», basé sur le contrôle des migrations, car aucune société civilisée ne peut se permettre d’avoir des citoyens sans papiers sur son territoire.

De même, il a indiqué que la République Dominicaine cherche à acheminer à travers la communauté internationale toute l’aide possible à Haïti, tant en termes de santé qu’institutionnels. «Nous allons attirer l’attention sur cela, car si la communauté internationale peut se fatiguer, nous ne le ferons pas: tout ce qui se passe là-bas nous affecte ici. Et nous sommes lourdement infligés ».

Il a dit que la solution est que la communauté internationale aide à donner et à gérer les hôpitaux.

En parlant des relations du pays avec les États-Unis et la Chine, il a répété que l’Amérique du Nord est le principal partenaire commercial avec lequel la République Dominicaine maintiendra une relation stratégique et que les relations avec la Chine se poursuivront.

« La Chine est un pays important et nous maintiendrons de bonnes relations, mais nous serons francs: dans cette nouvelle guerre froide, nous devons avoir une relation stratégique avec les États-Unis », a-t-il déclaré.

Luis Abinader se définit comme une personne «du centre» qui défend une social-démocratie moderne, où les ressources du gouvernement sont investies pour ceux qui en ont le plus besoin. «Mais sans oublier qu’il faut laisser le secteur privé travailler pour qu’il ait des incitations et crée des emplois. Le meilleur programme social est la création d’emplois ».

Il a déclaré que le pays cherchait à restaurer la croissance économique pour l’année à venir.

«Notre intention est d’éliminer la pauvreté absolue, qui touche 6% ou 7% de la population. Pour cela, nous avons besoin de la croissance pour devenir un développement économique, mais une assistance sociale directe doit également être fournie à ceux qui en ont le plus besoin. Ici, comme dans d’autres pays, le visage de la pauvreté est celui d’une femme, surtout celui d’une mère célibataire. C’est ce que disent les statistiques », a-t-il déclaré.

Traduction Joseph LEANDRE

Lire l’article original sur Linstin Diario

Joseph LEANDRE

Je suis Psychologue avec une spécialité dans la psychologie de la négociation. J'ai un diplôme en Droit International Humanitaire, Droit de Genève ou Droit des Conflits Armés. Je m'intéresse de manière particulière aux Droits des Femmes et aux violences basées sur le genre. Je suis pourtant un peintre portraitiste et un malade de Jazz fou imitateur de Stanley Jordan, mais ce que j'aime par-dessus tout, c'est lire et écrire!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :