CULTURE | Kamassotra propulse Enposib au chevet du konpa

Le groupe musical  haïtien Enposib a sorti son deuxième album le 26 juillet 2020, dans un contexte d’une crise sanitaire. « Kamassotra » est le titre de ce Compact Disc. Quatre mois après, cette formation musicale détrône presque tous les artistes et  groupes du konpa , pour se faire passer comme le nouveau chouchou des mélomanes. De “bòkò” en passant par “bal on byè” jusqu’à “kote w te  ye”, Enposib a fait que l’impossible devienne possible dans un temps record.

Le « konpa love » devient le dada des mélomanes haïtiens. Durand ces dix dernières années, la majorité des artistes et  groupes musicaux  produisent des textes abordant surtout les histoires de couples  amoureux. La jeune formation musicale Enposib, dans cette même lignée, s’est installée  au chevet de l’Industrie Musicale Haïtienne avec la publication de son album « kamassotra », un chef d’œuvre qui est en rotation dans le milieu. Des mélomanes, surtout les amoureux du « konpa love », se sont vu tomber sous le charme de la voix de Medjy Toussaint.

Depuis la sortie de « Kamassotra », pas un seul jour ne passe sans qu’on n’entende l’un des quatorze morceaux de cet album tourner en boucle. Dans les transports en commun, les resto-bars, sur les différentes stations de radio de la capitale haïtienne  et sur les réseaux sociaux également, presque partout, toutes  les  chansons du groupe Enposib cartonnent.

Invité à l’émission « Carel in the morning », le 13  octobre dernier,  Medjy Toussaint, le chanteur musicien du groupe, explique l’apport de ce succès à sa bande musicale.

“Cela nous permet d’aller se produire dans certaines villes de provinces. Les mélomanes nous   accueillent chaleureusement bien. Aux Gonaïves, plus de 3000 personnes sont venues assister à notre spectacle”,

– se réjouit l’interprète de “bo m sou debò”, chanson sortie en 2012 alors que le groupe n’existait pas encore.

« Kamassotra » est un album musical tissé de quatorze morceaux dont un intro (bonbon). Treize abordent les histoires amoureuses des couples. Mais, ces dernières sont traitées sur des angles différents. Par exemple,  « bòkò », l’un des plus grands hits, est l’histoire d’un homme qui est amoureux d’une femme. Celle-ci le maltraite. Pour qu’il puisse sortir de l’emprise de cet amour,  l’homme fait appelle à un « bòkò » . Hélas ! Il y reste pour de bon.

Les férus du « Konpa love », qui vivent en terre étrangère ,  rêvent  d’assister à un   spectacle  live réel de la bande à Medjy Toussaint. Mais,  en raison des mesures imposées par les autorités sanitaires, pour lutter contre le coronavirus, la diaspora haïtienne reste dans la grande incertitude.

 

Wilder SYLVAIN

Partager cet article:

Wilder SYLVAIN

Wilder SYLVAIN...

Une réflexion sur “CULTURE | Kamassotra propulse Enposib au chevet du konpa

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :