CULTURE | Pourquoi le Clip de Wendyyy ne vaut pas mieux qu’aucun de ceux de Zatrap ?

Partager cet article:

Et voilà, sur le point d’écrire l’éditorial du jour, un pop-up s’affiche à mon écran pour un article relatant les éloges faits au nouveau King, éloges qui viennent plus d’une fois résonner dans mes oreilles. L’intrigue devient alors assez grand, puisque les jours passés, je me suis surpris en pleine discussion avec mon Directeur de Publication qui voulait me conseiller d’écouter le dernier single du fameux King Wendyyy qui majestueusement obligerait tout le monde à courber l’échine.

Je ne savais rien de Wendyyy, même pas son visage. Aucune activité personnelle ou professionnelle n’a occasionné une intersection entre lui et moi : je ne suis pas du genre « people ». Mais la satisfaction première que j’ai eue, c’est le fait que celui qui suscite l’admiration de tous soit un jeune haïtien qui probablement esquisse le profil de la future légendaire méga star haïtienne.

Très curieux je branche YouTube pour me faufiler dans le royaume du King, je ne veux pas être le dernier à admirer le chef d’œuvre applaudi par d’importantes personnalités dans la musique haïtienne et d’autres grandes figures dans l’international à travers son clip « Sil pa nou li pa bon ». Mais depuis les premières images, ma déception l’a emporté sur ma surprise, et j’ai fini par comprendre pourquoi tous ces éloges…

La première image fut celle d’un bâtiment à architecture arabesques aux couleurs froides planté dans une grande métropole, puis un jeune homme au bord d’un lac sur fond de grands édifices sans l’ombre d’un arbre qui se fait inviter par une femme. Les séquences qui suivent montrent ce jeune garçon vêtu de blanc sur un yacht au milieu de quatre femmes blanches exhibant leurs fesses. Et le reste de la vidéo passe par de la publicité pour d’autres produits de luxe comme les montres, des boissons probablement très chères, des jeux de tables aux soins de masseuses érotiques, des marques de chaussures, des bijoux, des voitures de sport, etc… des séquences qui tournent en boucle et qui vont constituer un boom dans le milieu musical haïtien jusqu’à attirer, sinon susciter l’admiration de grandes figures dans l’international.

Mais pourquoi cette vidéo a-t-elle eu autant de succès ?

Seule la langue parlée dans la vidéo pourrait faire référence au pays d’origine de l’artiste, d’ailleurs à visualiser cette œuvre en mode karaoké, rien ne pourrait l’associer à un haïtien. Je rappelle que la production des vidéoclips dans le milieu de la musique haïtienne est largement influencée par les productions étrangères aux dépends de la culture locale. Plus on s’approche des produits occidentaux, plus les produits semblent avoir de la valeur pour les consommateurs. Des groupes musicaux comme par exemple CARIMI, T-Vice et plus tard Harmonic ont donné l’exemple en occidentalisant le plus possible leurs vidéoclips, pratique qui a commencé à la fin des années 90. D’ailleurs, cela a créé une certaine concurrence déloyale entre T-Vice et son principal concurrent Djakout Mizik à l’époque, car les clips de T-Vice étaient beaucoup plus associés aux luxes urbains des grandes métropoles, symbole de meilleure réussite du produit, sans compter les invitations de T-Vice dans de grands shows au Etats-Unis comme B.E.T, polémique qui voulaient que le groupe de Shabba devait se contenter de la TNH…

Wendyyy n’est donc pas le seul à s’engager dans cette course à l’acculturation qui est un réel fléau dans la production de la musique haïtienne à tous les niveaux. C’est la raison pour laquelle, on a tendance à laisser un trophée à celui qui imite le mieux la représentation et la réussite de la culture occidentale. D’ailleurs, la plupart des artistes haïtiens dès le milieu des années 2000 laissent le pays pour réaliser leurs vidéoclips dans les grandes métropoles du monde et parfois même dans des quartiers plus modestes de la Floride par exemple pour éviter Haïti. Enfin, selon ce qu’exige la concurrence.

C’est pourtant une pratique qui atrophie avec une arrogance particulière tous les efforts de la culture haïtienne pour être internationalement reconnue. « C’est un manque d’intelligence de vouloir  vendre à l’étranger ce qu’il a déjà chez lui ». Si le beat de la chanson est très bien travaillé avec un son hors du commun, le vidéoclip par contre, qui suscite autant d’admiration est un véritable gaspillage de talent.

Le monde occidental a bien travaillé l’esprit des pays en développement. Ils savent où toucher pour créer une dépendance culturelle chez les petits pays afin de toujours garder le projecteur sur les grandes métropoles culturelles. Parfois, on s’est même convaincu d’être un occidental parce qu’on regarde la télévision, on adopte la religion chrétienne, on fait de la musique occidentale, et on reçoit une éducation à l’occidental, etc. par conséquent, la plupart de ce que l’on fait est souvent des imitations grotesques de l’occidental, des valeurs (si on peut les appeler ainsi) qui ne sont pas en résonnance avec les cultures, les croyances et les mœurs locales.

Bien sûr, Wendyyy vous êtes libre de faire comme il vous plaît, vous êtes d’ailleurs un artiste ce qui fait que vos imaginations n’ont pas de limite,  mais sentez-vous libres aussi de porter à l’attention des grandes personnalités internationales, sinon les harceler avec des produits qui font la promotion de la culture haïtienne, ainsi, ils ne mesureront pas vos talents à l’aune de vos capacités à singer l’étranger, mais aussi, ils nous respecteront puisqu’ils verront que vous avez aussi chez vous de vrais valeurs et des merveilles à leur offrir et à leur faire imiter aussi…

Puisse Votre Majesté avoir l’obligeance de demander aux musiciens de Zatrap comment ils ont fait…

Joseph LEANDRE

Joseph LEANDRE

Je suis Psychologue avec une spécialité dans la psychologie de la négociation. J'ai un diplôme en Droit International Humanitaire, Droit de Genève ou Droit des Conflits Armés. Je m'intéresse de manière particulière aux Droits des Femmes et aux violences basées sur le genre. Je suis pourtant un peintre portraitiste et un malade de Jazz fou imitateur de Stanley Jordan, mais ce que j'aime par-dessus tout, c'est lire et écrire!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :