DIPLOMATIE | Tension diplomatique entre Paris et Ankara : Emmanuel Macron réagit sur le Séparatisme Islamiste

Partager cet article:

Le torchon brûle entre la France et la Turquie. En effet, la situation diplomatique entre les deux pays s’aggrave. Le président Turc, Recep Tayyip Erdogan invite la population turque le 26 octobre 2020, à boycotter les produits français. Pour sa part, Emmanuel Macron promet de lutter contre le séparatisme islamiste.

Le conflit entre la France et la Turquie serait à l’origine de l’attentat de Conflancs-Sainte-Honorine, une attaque terroriste islamiste qui a eu lieu le 6 octobre en France dans le département des Yvelines. Lors de cet attentat, Samuel Paty, Professeur d’histoire et de géographie qui revenait du collège où il enseignait a été décapité après avoir utilisé deux caricatures de Mahomet dans un cours sur la liberté d’expression.

En effet, le vendredi 23 octobre 2020, le Président Emmanuel Macron s’est exprimé sur sa politique de lutter contre les séparatismes Islamistes au sein de la République. Un discours lié dans le cadre d’une visite aux Mureaux, Yvelines où l’attaque a eu lieu.

« ce à quoi nous devons nous attaquer, c’est le séparatisme islamiste » a-t-il déclaré.

Un projet de loi portant sur les séparatismes sera présenté au Conseil des Ministres le 9 décembre 2020,  et devant le Parlement au premier semestre 2021.

Le Président français a dû rappeler son ambassadeur à Ankara dans le cadre de ce conflit, et Emmanuel Macron s’est aussi prononcé sur l’Islam en déclarant que cette religion vit une grande crise partout dans le monde.

« L’islam est une religion qui vit une crise aujourd’hui, partout dans le monde. Nous ne le voyons pas que dans notre pays, c’est une crise profonde qui est liée à des tensions entre des fondamentalismes, des projets justement religieux et politiques qui, on le voit dans toutes les régions du monde, conduisent à un durcissement très fort, y compris dans des pays où l’islam est la religion majoritaire »

Le président Erdogan a alors mis en question la santé mentale du chef d’Etat Français, et a décidé de combattre Emmanuel Macron sur un autre terrain purement économique.

«Tout comme en France certains disent n’achetez pas les marques turques; je m’adresse ici à ma nation: surtout ne prêtez pas attention aux marques françaises, ne les achetez pas » a réagi le  président turc ce lundi 26 août dans un discours à Ankara.

Le terme «séparatisme islamiste» a été repéré le 19 mars 2018 dans une publication dans les colonnes du FIGARO «L’appel des 100 intellectuels contre le “séparatisme islamiste”» et présentait l’islamisme comme un «nouveau totalitarisme» et d’un «apartheid» qui chercherait à gagner du terrain.

De manière générale, on parle de “séparatisme” quand une communauté ne souhaite plus se soumettre aux lois de la République pour privilégier ses propres valeurs culturelles et religieuses, ce qu’on peut aussi appeler «le communautarisme».

«Normalement, c’est une expression qui revient lorsqu’une partie d’un pays veut son indépendance. Le séparatisme islamiste met l’accent sur le fait que les islamistes ne veulent pas respecter la loi commune, avec cette volonté de se séparer des autres», explique Chahla Chafiq, écrivaine et sociologue, auteure d’ouvrages sur l’islamisme.

«Lorsque des riches n’acceptent pas que des logements sociaux soient construits dans leur quartier, c’est une forme de séparatisme de classes sociales»,

«Attention à ne pas faire la confusion entre l’appartenance à l’islam, qui est une religion, et à l’islamisme, qui est une idéologie politique » précise la sociologue.

Fédia STANISLAS

Fedia STANISLAS

Fedia STANISLAS

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :