ECONOMIE | Amazon devient le troisième employeur mondial

Partager cet article:

Après la grande distribution Walmart (2,2 millions de salariés) et le pétrolier chinois China National Petroleum (1,34 million), le géant de la vente en ligne dirigé par Jeff Bezos est classé en troisième position sur la liste des grands employeurs dans le monde selon BFM Business. Ce classement est survenu après que la firme aurait fait 430.000 embauches entre janvier et octobre. Au total, le groupe de Jeff Bezos emploie aujourd’hui 1,2 million de salariés (dont près de 10.000 en France).

Si le choc massif et brutal  produit par le Covid-19 a pu plonger l’économie mondiale dans une grave récession, la firme Amazon ne semble pas avoir été touchée, au contraire, la crise du Covid-19 a permis à Amazon de réaliser des ventes records et a fortement contribué à cette expansion  de cette année. Records d’embauche en une année, entre septembre 2018 et octobre 2020, la société  Amazon a doublé ses effectifs passant de 613.000 à 1,23 million de salariés.

A ce stade, si elle continue le même nombre d’embauches les trois prochaines années, elle dépassera surement Walmart et sera la première grosse entreprise-employeur de la planète, déjà, la société vient d’endosser le record précédent qui était détenu par la distribution Walmart car elle avait embauché 230.000 personnes en 2000.  Selon l’historien Nelson Lichtenstein cité par le New York Times, « aucune entreprise américaine n’a embauché autant de travailleurs aussi rapidement».

Ces derniers temps en France, la plus grosse entreprise mondiale de e-commerce  attire l’attention grâce aux vives critiques dont elle fait objet.  « Stop Amazon », « Noël Sans Amazon », « Boycottez Amazon », « Sauve ton Commerçant » sont les initiatives et les actions contre le géant américain qui se multiplient, et des milliers de français ont fait une pétition afin de boycotter la firme de Jeff Bezos. Fronde des commerçants, soutien aux entreprises locales, écologie… sont ces motifs qui poussent les consommateurs à tourner le dos au géant américain, accusé par la Commission européenne, d’abus de position dominante en France et en Allemagne.

Sapira ORCEL

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :