EDITORIAL | Mea culpa

Partager cet article:

Je m’adresse aujourd’hui à la nation haïtienne toute entière, à cette population déroutée, aux dirigeants de ce pays, à la classe économique, aux organisations de la société civile, et à tous les secteurs de la vie nationale.  Les genoux pressés au sol, l’échine courbée, je vous présente mes plus plates excuses de me méprendre avec autant de maladresse sur la situation que connaît Haïti, désormais sur la voie de la prospérité depuis l’ère du régime PHTK. Toutes mes excuses pour n’avoir rien compris…

C’est ma faute, c’est ma très grande faute. Je n’ai pas pris le temps d’évaluer la situation d’Haïti et j’ai tout compris à l’ envers.

J’ai fait l’erreur monumentale de trop réfléchir, de faire des raisonnements absurdes et hors contexte. J’ai trop écouté des personnes mal intentionnées qui prennent le malin plaisir de dire que tout allait mal en Haïti. J’étais trop crédule. Aujourd’hui, j’ai enfin compris que je me suis fait avoir…

J’ai ouvert les yeux, et j’ai enfin compris que le pays va bien. Le projet de faire d’Haïti un pays émergent va bon train, et à ce rythme, un an seulement suffira pour classer Haïti au rang des économies émergentes dans la Caraïbe, en plus d’être une destination touristique depuis la présidence de Michel Martelly, ce pays où règnent une robuste stabilité politique et une atmosphère de sécurité à toute épreuve.

Je n’ai pas pu remarquer que 24 mois après la prestation de serment de Jovenel Moïse, Haïti toute entière  était complètement électrifiée. Ce n’est pas la faute à personne si je ne vais pas souvent dans le Nord vivre l’électricité 24/24 dans la ville du Cap-Haïtien pour ses 350 ans, et  profiter du coup des téléphériques qui me conduiraient à la Citadelle.

Les élections pour renouveler les 2/3 du Sénat ont eu lieu, à temps en plus, mais ma négligence en tant que citoyen irresponsable a fait que j’ai raté l’occasion d’élire librement les députés et les sénateurs de mon choix, ainsi que les élections municipales ont été organisées pour éviter au peuple de vivre l’événement inédit où des personnes seraient nommées inconstitutionnellement à des postes électifs. Jusque-là, la Démocratie se porte bien. Le président Jovenel Moïse, qui a su cultiver les valeurs républicaines s’est personnellement occupé de renforcer les institutions démocratiques.

Haïti est aujourd’hui compétitif sur le plan économique. Les haïtiens ont eu la chance d’avoir élu dans un premier temps Michel Martelly sous la bannière de « Repons Peyizan » qui a su mettre en valeur la paysannerie, et dans un second temps Jovenel Moïse, rude cultivateur honnête et compétent qui a su renforcer l’économie à  travers l’encadrement de la production nationale. Et si je ne me trompe, les haïtiens sont aujourd’hui parmi les premiers exportateurs de bananes dans la région grâce à la politique agraire de Jovenel Moïse.

Aujourd’hui, les haïtiens vivent mieux que jamais. Le dollar est accessible, je ne me rappelle pas le taux, mais il n’y a semble-t-il aucune raison pour le peuple de se plaindre. Le taux de chômage a complètement chuté. La santé en Haïti est abordable pour tout citoyen, si vous ne me croyez pas, arrêtez d’écouter les radios, rendez-vous à l’hôpital général et vous verrez par vous-mêmes les miracles opérées par l’administration de Jovenel Moïse dans le domaine de la santé comme on n’en a jamais eus auparavant.

La justice ! Ah ! Cette bonne vieille justice ! Il suffit de visualiser les prestations époustouflantes de l’actuel Ministre de la Justice, le brillant Rockfeller Vincent, pour vous faire une idée du mécanisme mis en branle par le pouvoir pour se servir des plus brillants fils de la nation et les mettre disponibles à  la population.  

D’autre part, je déplore l’absence de solidarité d’une minorité aux efforts déployés par le président pour instaurer un climat de sécurité dans le pays. Cet homme ouvert à tous, ce rassembleur, celui qui a su réconcilier les tissus sociaux déchirés dans le pays grâce à son ouverture d’esprit et son discours inclusif. Celui qui a la main tendue à tous : riches, pauvres, sans distinction de classe, de couleur, d’origine. Celui qui peut dialoguer avec quiconque, que vous vous appeliez Dimitri Hérard ou Dimitri Vorbes, sa bienveillance n’a pas de limite.

Ce n’est pas la peine de vous décrire le niveau de sécurité dans le pays. Et je profite pour dénoncer certaines personnes mal intentionnées qui prennent le malin plaisir de rapporter des cas d’insécurité et d’enlèvement. Il fallait voir comment les médias indépendants haïtiens sont animés de mauvaise foi. Moi j’écoute régulièrement les informations sur la Radio Nationale d’Haïti, et jamais je n’ai entendu parler des cas d’enlèvement !  

Certains journalistes ont même rapporté qu’il y aurait eu au moins 4 cas d’enlèvement par jour seulement à Port-au-Prince au cours du mois de janvier 2021. Ils ont aussi rapporté qu’une jeune fille du nom d’Evelyne Sincère aurait été enlevée par son petit-ami, séquestrée, assassinée et que son corps aurait été abandonné dans un site de décharge improvisé. C’était très méchant de soumettre les parents de la jeune fille à un tel état de stress ! Si c’était vrai, je vous assure que Jovenel Moïse en bon père de famille, Martine Moïse qui se considère comme la mère bienveillante de toute la nation auraient personnellement passé des instructions pour en finir définitivement avec ce phénomène d’enlèvement dans le pays, et en plus Jovenel Moïse, n’est-il pas celui qui vient après Dieu ?

Et où est-elle réellement cette insécurité dont ils veulent nous faire croire ? Le premier ministre a même participé à des bals nocturnes dans les quartiers populaires réputés très dangereux dans la Capitale. Et au moment où j’écris ce texte, le Président participe au carnaval national à Port-de-Paix! Elle est où l’insecurité?

On a aussi rapporté des massacres dans les quartiers populaires et des manifestations dispersées systématiquement par la police. Personnellement, je n’ai jamais entendu parler de ces manifestations ni de la violence policière à la Radio Nationale ! Et pourquoi le peuple aurait-il besoin de faire des manifestations si tout va si bien dans le pays ?

Haïti, n’a jamais eu un président aussi respectueux de la Loi et de la Constitution, c’est une chance incommensurable pour un peuple qui a connu la dictature.

J’ai tout compris de travers. Je m’excuse. C’est ma faute. C’est ma très grande faute d’avoir été si naïf. Dans ce pays tout va bien : La Démocratie, la Justice, l’état de droit, la Sécurité, la Santé, l’Economie, l’Education… tout !

Tout marche à merveille…

Longue vie à PHTK !

Joseph LEANDRE

Joseph LEANDRE

Je suis Psychologue avec une spécialité dans la psychologie de la négociation. J'ai un diplôme en Droit International Humanitaire, Droit de Genève ou Droit des Conflits Armés. Je m'intéresse de manière particulière aux Droits des Femmes et aux violences basées sur le genre. Je suis pourtant un peintre portraitiste et un malade de Jazz fou imitateur de Stanley Jordan, mais ce que j'aime par-dessus tout, c'est lire et écrire!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :