FRONTIERE | Réouverture progressive du marché binational de Dajabón

Partager cet article:

Le dimanche 25 octobre 2020 s’est tenue une réunion entre les autorités haïtiennes et dominicaines. Cette rencontre de quatre heures s’est soldée par un accord qui consiste à procéder à la réouverture du marché binational le 2 novembre prochain.

Lors de cette réunion il a été convenu d’autoriser progressivement les échanges commerciaux entre haïtiens et dominicains, mais en petite quantité. Cet accord permet également aux dominicains et haïtiens qui travaillent dans divers domaines de l’économie, de transiter sans problème, et de pouvoir  retourner dans leur pays respectif après leurs heures de travail.

Les autorités municipales de Dajabón et de Ouanaminthe, les maires Santiago Riveron, Juana Mendez, et Lumber Demetrius, ont promis de mettre en place des mesures sanitaires pour empêcher aux commerçants et aux acheteurs de contracter le Covid-19.

Cette étape dans le différend commercial entre les deux pays intervient juste un jour après que les haïtiens aient radicalisé leur position de fermeture de la bande frontalière à travers le tronçon terrestre avec Dajabón, aggravant encore plus la crise, en arrêtant plus fortement le trafic de camions et l’entrée de dominicains qui exercent des emplois spécialisés dans ce pays.

Cependant, l’empêchement d’Haïti à l’achat de marchandises en République dominicaine par ses ressortissants a créé beaucoup de tension pour le passage à la frontière, puisqu’en arrivant sur le territoire dominicain, leurs marchandises ont été saisis et jetés dans la rivière Massacre, opérations souvent menées par les employés au service de la Mairie de Juana Mendez. Le problème est devenu plus intense lorsque des groupes de civils armés du côté haïtien, se sont mis à réagir contre la confiscation des marchandises de leurs compatriotes.

Les protestations des personnes touchées par les mesures haïtiennes se sont poursuivies toute une journée, et même, les citoyens dominicains qui effectuent des travaux spécialisés en Haïti, tels que la peinture, la plomberie, l’électricité et la mécanique, ont dénoncé
la restriction à leur entrée dans le pays voisin.

 

Saphira ORCEL

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :