LITTERATURE | “Ochan Pou Gouyad”: Célimène Bastia en plein dans le sadomasochisme

Partager cet article:

Johanne Elima, en quête d’un outil pouvant porter les femmes à sortir de leur mutisme, en ce qui concerne leur sexualité, se verse dans la poésie. À cet effet, « Ochan pou Gouyad », est le titre avec lequel l’ancienne élève du Lycée Marie-Jeanne arrive à se frayer un chemin dans la littérature. C’est aussi une invitation faite aux femmes haïtiennes à la libéralisation de l’acte sexuel dans une perspective sadomasochiste.

Préfacé par le poète André Fouad, ce recueil, au titre choquant, publié aux Editions Couleur d’Encre, regroupe trente (30) poèmes. Les uns plus érotiques que les autres. Dans ses écrits, l’auteure donne libre cours à la gent féminine pour exprimer à haute voix ses désirs, ses fantasmes et ses plaisirs, selon Johanne Elima alias Célimène Bastia.

« Ochan pou Gouyad », ce titre choisi par la jeune écrivaine vise à choquer les ésprits puritains, selon l’auteure. Outre une invitation à la libéralisation de la parole sur l’acte sexuel considéré comme tabou en Haïti, «Ochan Pou Gouyad» est également une voie ouverte aux femmes pour qu’elles se faufilent vers le sadomasochisme. Regardons dans les lignes qui suivent comment l’auteure passe à l’apologie de la « violence » lors de l’acte sexuel.

« Pa menaje m cheri
Tape m,
Mòde m,
Niche m
Peze m
Fè m santi m prale
Lè m ap vini »


Celle qui partage son temps entre la lecture et les conceptions graphiques attend tous les amants de la poésie au local de Café Tap Tap à Turgeau, Debussy, N 24, Port-au-Prince pour la première vente signature de recueil de « Ochan pou Gouyad”.

Célimène Bastia fille unique d’une famille de quatre 4 enfants. Hormis écrivaine, elle est infographiste et licenciée en communication sociale à la Faculté Des Sciences Humaines de l’université d’État d’Haïti.

Wilder SYLVAIN

Wilder SYLVAIN

Wilder SYLVAIN...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :