POLITIQUE | Le Royaume-Uni se sépare de l’UE en annulant les tarifs à l’encontre des États-Unis.

Partager cet article:

Le Royaume-Uni a pris ses distances avec l’Union européenne (UE) en annonçant ce mercredi qu’il suspendrait unilatéralement les tarifs imposés aux États-Unis dans le litige sur les subventions étatiques accordées au secteur aérospatial, a fait savoir le ministère britannique du Commerce international. Dans une déclaration, la ministre du commerce international, Liz Truss, a souligné qu’avec la séparation des vingt-sept à la fin de la période de transition, le 31 décembre, le Royaume-Uni adopte «une approche indépendante sur les conflits commerciaux actuels entre l’UE et États-Unis pour les tarifs sur l’acier et l’aluminium et le secteur aérospatial ».

Alors qu’en 2021, il supprimera les droits de douane issus du différend sur l’aide à Boeing, le gouvernement britannique maintiendra ceux que l’UE a imposé à certains produits américains en réponse aux taux “injustifiés” perçus sur les importations européennes d’acier et d’aluminium.

L’exécutif du Premier Ministre, Boris Johnson, consultera néanmoins les secteurs nationaux concernés pour modifier ces taux et les ajuster aux “intérêts et à l’économie britanniques”, explique la note.

L’UE et les États-Unis se sont imposés des tarifs de rétorsion dans le différend de longue date réglé par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) sur l’octroi de subventions, respectivement, à la société aérospatiale européenne Airbus et à l’américain Boeing. Le Royaume-Uni a maintenant décidé de suspendre ces prélèvements, jusqu’à 25%, sur les marchandises importées des États-Unis afin d’attirer les États-Unis “dans un accord raisonnable” et de montrer que Londres “est sérieusement à la recherche d’un résultat négocié” en conflit, selon le communiqué.

Cependant, le gouvernement britannique “se réserve le droit d’imposer des tarifs à tout moment” s’il n’y a pas de progrès vers une résolution du différend aérospatial. “En fin de compte, nous voulons désamorcer le conflit et parvenir à un accord négocié afin de pouvoir approfondir nos relations commerciales avec les États-Unis et régler tout cela“, a déclaré le ministre.

Une fois hors des structures communautaires, dès le 1er janvier, le Royaume-Uni aspire à négocier un nouvel accord commercial avec les États-Unis, bien que la position de la nouvelle administration américaine dirigée par le démocrate Joe Biden ne soit pas claire.

Saphira ORCEL

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :