POLITIQUE | Les Présidents haïtiens qui ont réussi à organiser des élections

Partager cet article:

De 1806 à 1946, soit 140 ans, l’Assemblée Nationale était la seule force légale chargée d’élire le Président de la République. On a dû attendre les élections de 1950 avant de voir organiser des élections au suffrage universel qui verront élire Paul Eugène Magloire entant que Président d’Haïti. Un premier pas historique vers la démocratie en Haïti.

Être un Chef d’État haïtien a toujours été un défi difficile à relever par beaucoup. Certains ont dû démissionner, d’autres exilés, lynchés par le peuple ou pire se sont faits exploser avec le Palais National. Selon une étude de Politicotech, 62% des présidents haïtiens ont été soit démis de leurs fonctions, soit assassinés; statistique qui montre que ce poste n’a jamais été de tout repos. Un des objectifs principaux de la Constitution du 25 novembre était donc de garantir le droit de vote à la population puisque lui permettre de choisir son Chef d’Etat et lui donner un mandat de six ans fournirait une certaine stabilité politique au pays.

Le premier Président à organiser les élections et passer le pouvoir démocratiquement à un successeur est donc Frank Lavaud (10 mai 1950 – 6  décembre 1950). Président par intérim une première fois (janvier 1946 – août  1946), le Chef d’état-major de l’Armée d’Haïti à la fin de la Seconde Guerre mondiale accompagné de Paul Magloire et d’Antoine Levelt reprit le pouvoir en 1950 entre les mains de Dumarsais Estimé qui souhaitait modifier la Constitution de 1946 afin de prolonger son mandat. Dans la même année, une nouvelle constitution fut votée et les premières élections démocratiques virent son bon ami et colonel Paul Magloire devenir le premier Président de la République à être élu au suffrage universel, recevant 100% des votes contre son seul adversaire, l’architecte Fénelon Alphonse puisque Frank Lavaud avait refusé de se présenter comme candidat.

Le second est Antonio Thrasybule Kébreau président par intérim du 14 juin 1957 au 22 octobre 1957. Immédiatement après son élection comme Président, Paul Magloire modifia la Constitution de 1950 et mit en place, par référendum, un nouveau régime républicain qui se distingue par son côté présidentiel. À la fin de son mandat, Magloire ne se représentera pas aux élections puisque son gouvernement était accusé d’avoir volé des fonds de secours suite aux ravages de l’ouragan Hazel en 1954. Deux présidents par intérim se succédèrent (Frank Sylvain et Daniel Fignolé) mais ce fut Antonio Kébreau, président du conseil militaire de gouvernement qui organisa les élections présidentielles de cette même année. François Duvalier prit le pouvoir le 22 octobre 1957 et instaura une dictature qui durera 29 ans.

Les premières élections post-duvaliéristes furent organisées par le général Henri Namphy, Président du Conseil national de gouvernement, en janvier 1988. Leslie Manigat succéda au Général Henri Namphy le 7 février 1988 mais il sera victime d’un putcsh 4 mois plus tard, soit le 20 juin 1988.

Ertha Pascal Trouillot (13 mars 1990 – 7  février 1991), femme politique et première femme avocate du pays, devint ainsi la première femme à occuper le poste de Présidente de la République. Elle organisa les premières élections présidentielles et Jean Bertrand Aristide la succéda le 7 février 1991.

René Preval, homme politique reconnu du milieu en Haïti, réussit “l’exploit” d’organiser les élections présidentielles en deux fois tout en terminant ses deux mandats. Il remit les rênes du pouvoir à Jean Bertrand Aristide le 7 février 2001 suite aux élections. Au terme de son second mandat (14 mai 2006 – 14  mai 2011), il organise de nouveau les élections présidentielles qui verront Michel Martelly lui succéder.

Boniface Alexandre (29 février 2004 – 14 mai 2006). Président de la Cour de Cassation, il remplaça Jean Bertrand Aristide suite à la démission et l’exil de ce dernier. Malgré la Constitution qui suggère qu’une nouvelle élection présidentielle doit être tenue entre 40 et 90 jours après la démission d’Aristide, ce dernier restera deux ans au pouvoir, vu que le climat était loin d’être favorable à l’organisation d’élections, jusqu’au 14 mai 2006, date à laquelle il passera le pouvoir exécutif à René Préval suite aux élections.

Le dernier président à organiser les élections présidentielles est Jocelerme Privert (7 février 2016 – 7 février 2017). Suite au départ de Michel Martelly sans avoir passé l’écharpe à un successeur, Jocelerme Privert, Président du Sénat est élu Président provisoire lors d’un scrutin de second dégré. Il avait pour mission d’achever le processus électoral qui a été interrompu en raison des larges contestations de l’opposition qui dénonçait un coup d’état électoral fomenté par Michel Martelly. Suite à ces élections, Jovenel Moïse est élu le 20 novembre 2016 et investi au pouvoir le 7 février 2017.

En plus de 210 ans d’indépendance, sur 74 essais, seulement 7 présidents (dont 6 intérimaires) ont pu organiser des élections présidentielles au suffrage universel en Haïti. Jovenel Moïse, encore au pouvoir, ne jure que par l’organisation des élections de 2022, ce qui pourrait faire de lui le deuxième président après René Préval à organiser des élections en fin de mandat.

Antz Franceley ESPERANCE

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :