SOCIETE | Pourquoi faut-il cacher sa richesse en Haïti ?

Partager cet article:

A l’ère de la technologie dans ce 21ème siècle, ce monde où les premiers milliardaires gagnent leurs profits grâce à l’évolution de l’internet et surtout la télécommunication, les prouesses techniques arrivent au jour le jour mais aussi, rendent plus difficile de garder secrets les affaires pécuniaires!

Les progrès techniques ne sont pas uniquement profitables aux gouvernements et aux multinationales, les populations civiles en profitent énormément. Beaucoup de jeunes s’émancipent au quotidien. Et il devient plus difficile de cacher les cas de corruption, et les scandales sexuels qui se succèdent sur le web, à l’instar de l’éveil pour l’affaire Petro-Caribe.

S’il y a une chose qui motive quelqu’un  à emprunter l’autoroute du succès, c’est bien l’envie de gagner autant d’argent que son idole économique ou son mentor. Pour le cas d’un haïtien, il lui faudra faire son choix de l’international, puisque il ne dispose pas de tels exemples dans son pays. On peut toutefois faire choix d’un mentor haïtien, mais s’il n’est pas un bon ami, on ne risque pas de connaitre son salaire qui n’est pas forcément reflété dans son train de vie.

Si les moteurs de recherches donnent une idée des fortunes des stars, des hommes politiques et autres personnalités importantes, il y a des Etats qui assurent la totale transparence et qui laisse disponible les informations relatives aux fisc de chaque citoyens, c’est la cas pour la Norvège depuis le XIX siècle, qui démocratise la question des salaires et revenus. Mais en Haïti, c’est complètement différent. Dans le football, Lionel Messi et son éternel rival sont fraîchement milliardaires, #Forbs Magazine n’a pas raté l’info. Les footballeurs haïtiens, il y a pas vraiment de données fiscales disponibles les concernant, n’était-ce pas des contrats internationaux, les chiffres liés aux contrats des joueurs seraient retenus dans l’ombre

Si on parle de riches hommes d’affaires haïtiens, d’innombrables noms pourront défiler, sans un ordre de priorité puisque personne ne connaît la fortune de personne, encore pire dans la politique. Tandis que le Président chinois Xi  Jinping malgré un revirement à la hausse de 62% gagne environ 11.385 yuans soit 1583 euros par mois, tandis que son homologue américain Donald Trump devrait gagner  400.000 dollars par année soit 34.000 dollars mensuel, des données disponibles pour les internautes et leurs population respectives. Pour sa part, le Président Américain a symboliquement reçu que 4 dollars américains pour son quadriennal. En Haïti, c’est un secret administratif et même un secret d’Etat. Une source au niveau du Ministère des Finances témoigne qu’il n’a pas le droit de révéler à quiconque le salaire du Président Moïse, et les hauts cadres de L’état

Combien gagne l’homme d’affaire haïtien Pierre Réginald Boulos, combien mesure Andy Apaid,  combien l’artiste et politicien Michel Martelly vaut financièrement? Ce sont des questions importantes qui déferlent sur le web, mais les réponses tardent à venir, puisqu’on a une administration publique amplement opaque, qui ne donne pas de compte rendu. L’évasion fiscale devient une chose normale. Les hommes politiques ne possèdent rien sous la forme, leurs femmes, enfants et tout autre proche prennent les rênes des entreprises créées et gardent les importantes sommes pour le bonheur du politique en question.

Un Sénateur avait crié au scandale, quand il savait qu’un directeur général empochait environ 17.000 dollars américains comme salaire mensuel. Légèrement plus qu’un président français qui a environ 14.000 euros comme indemnité. Sans oublier que ce directeur avait une carte de débit renflouée à sa guise dans le budget de l’institution qu’il dirigeait. Pour Les directions des organismes autonomes, il y a une carence de lois, un vide, et si l’on croit cet homme de loi qui est un haut cadre de L’office National Assurance-Vieillesse, il a même parlé de caisse noire du pouvoir.

L’opacité est totale sur les questions de richesse en Haïti, tandis que les spéculations sont incalculables. La frustration et la misère d’une bonne partie de la population empêchent de faire l’exhibition de l’argent et aussi des fois du savoir.  Considérons l’adage qui dit qu’on droit être bien effrayé de nager à côté d’un homme qui est en train de se noyer. Raison valable pour vivre en Haïti avec un manque de moyen apparent. Ou encore le non-dit ou la base de cette opacité est peut être la corruption généralisée.

Sonlay CHERISIER

Sonley CHERISIER

Journaliste, étudiant en sociologie et entrepreneur. Bon amant de la lecture et de la politique. Un mordu de la diplomatie et les sujets internationaux.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :