Kédougou : L’Armée et la Gendarmerie démantèlent deux gangs de malfaiteurs sur les sites aurifères

Une opération de grande envergure combinée entre l’Armée et la Gendarmerie  a porté ses fruits dans la zone d’orpaillage de Kédougou où sévissent des braqueurs et des coupeurs de route armés de Kalachnikov. C’était le samedi 07 octobre dernier dans les villages de Khossanto, de Madina Kédioto et de Douta où militaires et gendarmes ont démantelé deux gangs à l’issue de violents affrontements. Bilan : deux malfaiteurs blessés et capturés.

L’opération d’envergure lancée par les éléments de l’Armée et de la Gendarmerie a été un grand succès dans les zones d’orpaillage de Kédougou qualifiée de « Nord-Kivu » à l’est du Sénégal. Car, dans ces zones aurifères de Khossanto, Saraya, Sabodala, Kharakhena, Douta et Madina Kédioto, s’activent des bandits frontaliers, des voyous autochtones, des miliciens étrangers, des prostituées de la sous-région et des gangs organisés qui sèment la mort et l’insécurité à tout va !

Comme ce fut le cas dans la nuit du vendredi à samedi 07 octobre dernier où des coupeurs de route armés de Kalachnikov ont barré la route nationale avant de dépouiller les passagers de nombreux véhicules particuliers et autres autocars. Des actes de grand banditisme facilités par les armes de guerre que détenaient les malfaiteurs.

Lesquels en ont usé pour tenir en respect les passagers et automobilistes qui ont eu le malheur de tomber dans leur guet-apens. D’ailleurs, un grand commerçant a perdu 4 millions de francs lorsque son véhicule est tombé sur le barrage des malfaiteurs.

Alerté, le commandant de la zone militaire n°4 a immédiatement mobilisé une section de combat renforcée par les éléments du poste de gendarmerie de Sambrou-boum-bou. Ainsi, soldats et gendarmes ont investi la brousse pour traquer les malfaiteurs. Une opération périlleuse dans un environnement à la végétation dense où l’accès de véhicules ou même de vélo est quasi-impossible.

C’est donc à pied que les éléments de l’armée et de la gendarmerie ont sillonné les sites d’orpaillage de repli à la recherche des malfaiteurs qui venaient de commettre les braquages sur la route nationale. Une longue traque qui a fini par payer lorsque les forces de défense sont tombées sur la bande en train de partager le butin.

Un véritable far-west

Armés de Kalachnikov, les malfrats ont aussitôt ouvert le feu sur les forces de défense et de sécurité. Et au cours de violents affrontements, les éléments de l’Armée et de la Gendarmerie ont blessé les voyous avant de les maitriser. Dans le lot, le nommé Samba Dia, le chef de gang le plus recherché de la zone, a été capturé. Il a à son actif plusieurs braquages sur l’axe Tamba-Kédougou-Saraya.

Ces derniers temps, cette zone aurifère de Kédougou s’est transformée en en véritable far-west où les règlements de comptes, les braquages, les enlèvements sont monnaie courante. Ce, sur fond de trafic de drogue, d’alcool qui coule à flots et de prostitution.

Les militaires, douaniers et gendarmes sont régulièrement confrontés à ces violences face à des gangs qui se replient dans les sites d’orpaillage après avoir accompli leurs forfaits. En tout cas, l’opération combinée armée-gendarmerie du weekend dernier, bien que salutaire, est loin de régler le problème de l’insécurité dans cette région est du Sénégal où vivent des milliers d’Ouest-Africains, en particulier des ressortissants de pays en guerre ou post-conflits.

Mais aussi des déserteurs d’armées de pays voisins, des prostituées aux « carnets » Uemoa, d’anciens soldats de fortune en quête de reconversion, des bagnards en cavale, des trafiquants de drogue, etc. Cette ruée vers l’or, le sexe et la drogue a fini par transformer Kédougou en « Nord-Kivu ». Pour démanteler cette vaste zone de non-droit, une gigantesque opération militaire est donc nécessaire pour venir à bout de cette « Rd- Congo » en miniature.

Pape NDIAYE