Administration provisoire de Yavuz Selim : Le gouvernement se désiste

Le bras de fer entre l’Etat et les avocats du groupe Yavuz Selim Sa est-il sur le point de connaitre son épilogue ? La question se pose d’autant que l’Etat s’est désisté de la procédure qu’il avait introduite pour faire nommer un administrateur provisoire à la tête du groupe scolaire turc. 

L’intransigeance des parents d’élèves, de l’administration de l’école ainsi que de ses propriétaires a fini par payer. L’Etat semble lâcher du lest quant à sa volonté d’installer un administrateur provisoire à la tête du groupe scolaire Yavuz Selim.

En effet, il s’est désisté de la procédure qu’il avait initiée en ce sens au niveau du Tribunal de grande instance de Dakar.

« Les avocats de l’Etat avaient saisi le président du Tribunal pour demander à ce qu’on appelle un ‘rabat du délibéré’ et solliciter la réouverture des débats au motif qu’ils voulaient déposer un arrêté le 11 septembre. Mais curieusement, à notre grande surprise, quand le Tribunal a rabattu et a demandé aux parties de faire les observations par rapport au document, l’Etat a dit: ‘non, moi je me désiste de mon action’. C’est à dire qu’il ne veut plus de la procédure de désignation d’administration provisoire au profit de la fondation Maarif », s’est félicité Me Moussa Sarr, l’avocat du groupe scolaire turc. « L’Etat s’est rendu compte que sa procédure est mal fondée», soutient-il.

Ce désistement est considéré par les parents d’élèves comme une victoire. Ces derniers ont entrepris depuis des mois de se dresser contre ce qu’ils appellent un « diktat » du président turc Reccep Tayyip Erdogan, dont le vœu était de faire fermer tous les établissements de l’association Baskent Egitim, proche de l’opposant Fethullah Gülen, un richissime prédicateur exilé aux Etats-Unis et considéré comme étant l’instigateur du coup d’Etat de juillet 2016 qui a failli renverser Erdogan.

S’il a réussi à faire fermer ces établissements sans problèmes dans certains pays africains, au Sénégal, par contre, de fortes résistances se sont manifestées en provenance non seulement des propriétaires du groupe scolaire mais aussi des parents d’élèves, des syndicats d’enseignants, des organisations de la société civile, des rappeurs, des milieux maraboutiques etc.

Mieux, la société Yavuz Selim SA, qui a racheté les actifs mobiliers et immobiliers de Baskent Egidim, a multiplié les recours devant les tribunaux pour faire casser les arrêtés pris par le ministère de l’Intérieur pour retirer l’agrément donné à cette association.

Une rencontre entre le gouvernement, sous l’égide du ministre de l’Intérieur, et le groupe Yavuz Selim était programmée lundi soir après une première rencontre qui s’était tenue la semaine dernière à la place Washington. Les deux parties avaient convenu de se revoir hier, histoire de donner au gouvernement le temps d’étudier la contre-proposition de l’administration de Yavuz Selim SA.

Thierno Alassane BA

vous pourriez aussi aimer

Les commentaires sont fermés.

error: Contenu protégé