Thierno Alassane Sall à l’assaut du «fauteuil» de Macky Sall ?

L’ancien ministre de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables, Thierno Alassane Sall, est sur le point de lancer son mouvement politique. Dans son entourage, on confie qu’il ambitionne de croiser le fer avec Macky Sall dans la perspective de la présidentielle de 2019. D’ailleurs, l’ex-parlementaire rewmiste, Thierno Bocoum est annoncé à ses cotés. 

L’ancien ministre de l’Energie et ex-coordonnateur communal de l’APR (Alliance Pour la République) à Thiès, Thierno Alassane Sall, avait justifié sa démission de ce parti par le fait, entre autres, que « les acquis démocratiques les plus fondamentaux sont remis en cause », et que « l’APR, n’est plus fidèle aux idéaux qui fondent la République et est devenue la propriété d’un seul homme qui décide de tout et ne supporte la moindre critique».

Il avait promis de « poursuivre (s)on combat politique dans un nouveau cadre d’action approprié, ensemble avec des compatriotes fidèles aux valeurs de dignité, d’abnégation et d’honnêteté ».

Après avoir cogité longuement et muri son projet, l’ancien patron des cadres de l’APR s’apprête donc à sauter le pas pour lancer son propre mouvement politique.

Politiquement, les Sénégalais ont commencé à entendre parler de Thierno Alassane Sall à partir de 2012, quand Macky Sall est devenu président de la République. Sa position, d’abord, en tant que président des cadres de l’APR, puis directeur général de l’ARTP, et, plus tard, en tant que ministre des Infrastructures, et ensuite de l’Energie, a fait de cet homme indocile, de facto, le responsable de l’APR de la ville de Thiès.

Selon un observateur de la scène politique locale, Badou Diop, « sa position de pouvoir et sa désignation par le président Macky Sall comme coordonnateur de l’APR de Thiès, lui ont permis de jeter les bases de l’organisation de ce ‘’mouvement-parti’’ dans la cité du rail. Son départ, d’abord du gouvernement, ensuite de l’APR, sonne le glas d’une précaire structuration, mais surtout diffère la conquête de la ville  par le parti au pouvoir ». Thierno Alassane Sall travaillait donc pour se construire sa propre base politique, ajoute-t-il.

Réussira-t-il là où d’autres ont échoué ?

Thierno Alassane Sall réussira-t-il à réaliser son rêve de bâtir une formation politique qui compte dans l’échiquier politique national, singulièrement à Thiès ? En tout cas, nombre de Thiessois le peignent comme un «aveugle politique» incapable d’arriver à ses fins. Du fait de son parcours d’ancien syndicaliste, certainement, il semble être ce «leader» qui ne porte pas de gants pour dire les choses crument.

Un tempérament de syndicaliste qui, peut-être, le pousse à confondre «syndicalisme» et «politique». En politique, il faut être « habile, subtile, roublard même, savoir porter des gants ». Lui, malheureusement, semble toujours foncer tête baissée, au risque de se fracasser le cou.

On se rappelle qu’au niveau de son ex parti, l’APR, le ministre, bien qu’étant conscient du fait qu’il ne faisait pas l’unanimité, voulait, coûte que coûte, être le « Patron ». Dans le Benno Bokk Yaakaar, il n’était pas le « patron », mais ne considérait personne comme son « Patron ».

 

Cheikh CAMARA, correspondant permanent à Thiès 

vous pourriez aussi aimer

Les commentaires sont fermés.

error: Contenu protégé