Traque aux biens mal acquis : Combien réclament les avocats de l’Etat ?

En lançant la traque aux « voleurs » de la République, le président Macky Sall avait engagé une dizaine d’avocats que sont, Mes Félix Sow, Yérim Thiam, Bitèye, El hadj Diouf, William Bourdon, Simon Ndiaye entre autres. L’objectif qui avait été fixé à ces ténors des barreaux de Dakar et de Paris, c’était de récupérer tout l’argent « puisé » dans les caisses de l’Etat par le régime de son prédécesseur, Me Abdoulaye Wade.

Pour ce faire, une convention ou contrat a été signée par l’Etat du Sénégal incarné par le Président Macky Sall et les robes noires devant le défendre dans ce procès historique, celui de la traque des biens illicites. Dans ce contrat, l’Etat s’était engagé à payer 2% à chacun des avocats sur les sommes qui auraient été recouvrées au terme de la procédure…

Au cours de la rencontre tenue au bureau de l’ancien ministre de la Justice, Mme Aminata Touré, en présence de Serigne Bassirou Guèye, qui était à l’époque son conseiller juridique, tous les avocats avaient successivement signé la convention et accepté les 2% « dérisoires » — le terme est d’un des avocats concernés — proposés par l’Etat « pour des raisons patriotiques. »

Car, explique notre interlocuteur, si on avait débouté l’Etat, « on aurait eu zéro franc ». D’ailleurs, informe cette source, c’est l’Etat, lui-même, qui a proposé cette convention qui donne 2% aux avocats. En effet, après la condamnation de Karim Wade et Cie et la confirmation de cette condamnation par la Cour suprême, l’Etat a commencé à encaisser de l’argent, ce, en mutant à son nom des immeubles saisis sur certains condamnés, Bibo Bourgi notamment, mais aussi en versant dans son patrimoine des sociétés comme AHS (Africa Handling Service) et ABS.

Face à la presse suite à la libération de Karim Wade, le ministre de la Justice d’alors, Me Sidiki Kaba, informait que, depuis le début de la traque des biens mal acquis, plus de 50 milliards de FCfa avaient été recouvrés.

« L’Etat fera tout pour récupérer l’argent caché dans les banques internationales. Les avocats de l’Etat du Sénégal et agent judiciaire de l’Etat se déploient partout et sont présentement à Monaco. Des coopérations, des commissions rogatoires sont créées mais il y a des difficultés énormes pour recouvrer les sommes. A ce jour, il y a même des accords de collaboration pour mettre fin à ces pratiques délictuelles. On ne sait jamais qui sont derrière ces délinquants financiers », déclarait-il.

Son collègue ministre des Finances, Amadou Bâ, avait confirmé ses propos. De passage à l’Assemblée nationale pour la présentation du budget 2017, M.Ba avait fait le bilan des opérations de recouvrement dans le cadre de la traque aux biens supposés mal acquis. En faisant l’addition des sommes récoltées par l’Etat, il se rendait compte qu’on est sous la barre des 50 milliards de francs Cfa.

« Des évaluations ont été faites par des experts sur les sociétés et appartements saisis. Ces évaluations concernent la société AHS (8,7 milliards), les appartements Eden Rock (11 milliards), la société ABS (3 milliards). Ont aussi été tirés 24,6 milliards sur le DP World et 2 milliards sur Sunéor », avait révélé Amadou Bâ.

Quand l’Etat est défaillant par rapport à sa signature 

Après avoir recouvré ces sommes record, l’Etat aurait donc dû, logiquement, commençaient à procéder au paiement des honoraires dus à ses avocats. Mais, au lieu de cela, plutôt que de respecter sa signature, il semble avoir choiside diaboliser à présent ces mêmes avocats qui sont allés au feu et au front pour lui. Ce, en faisant en croire qu’ils demandent l’impossible !

Des avocats qui n’ont pourtant pas de- mandé que l’etat puise dans ses caisses pour les payer mais plutôt à partir de l’argent recouvré grâce à leur travail. « Parce que vous avez entendu Amadou Ba dire qu’on a re- couvré plus de 60 milliards de nos francs », confie un avocat.

Qui poursuit en disant qu’au « moment de prélever le montant dû aux avocats comme honoraires, l’Etat fait la sourde oreille depuis deux ans. On lui rappelle ses engagements, il met l’opinion sur le dos des avocats. Alors que, quand on signait le contrat, l’Etat n’avait aucun franc. Aujourd’hui, il a encaissé plus de 50 milliards. »

Contacté, un autre avocat membre du collectif révèle que l’Etat leur avait dit ceci : « si vous arrivez à nous faire gagner une dizaine de milliards, vous aurez droit à un milliard minimum. »

Et notre interlocuteur de poursuivre : « Qu’ils arrêtent de diaboliser les avocats. Parce que c’est de la haute trahison et c’est indigne. Les avocats ne vont pas se laisser faire. Ils ont un contrat en bonne et due forme. Trop de considérations n’ont pas leur place ici. Donc, nous exigeons le respect de la signature de l’Etat c’est-à-dire l’exécution du contrat. L’Etat ne peut pas être défaillant par rapport à sa signature. Et ça serait une catastrophe. Seul un Etat bandit, un Etat voyou et un Etat qui viole ses propres engagements peut se permettre ça. »

Le ton est donné. Pour un peu, ces avocats qui pourfendaient avec férocité et verve Karim Wade, hier, vont retourner leurs plaidoiries contre l’Etat !

Bassirou DIENG

vous pourriez aussi aimer

Les commentaires sont fermés.

error: Contenu protégé