Stade municipal de Sicap Mbao : Un joyau transformé en dépotoir d’ordures

A quelques mois de la Coupe du monde devant se tenir en Russie 2018 et pour laquelle le Sénégal est qualifié, le football local piétine malgré les exploits de l’équipe nationale composée en majorité de joueurs évoluant à l’extérieur du pays. Pendant donc que les autorités bombent le torse, l’état de quelques -uns de nos stades, reste repoussant à l’image du stade municipal de Sicap Mbao devenu un dépotoir d’ordures.

Si le sport est un moyen qui permet aux gens de se retrouver et de partager leurs émotions, il doit cependant se pratiquer dans un environnement sain. Ce qui est loin d’être le cas du stade Municipal de Sicap Mbao. Cet espace qui fut naguère un joyau pour les habitants de la banlieue, est devenu repoussant. Les pratiquants sont accueillis dès l’entrée du stade par une nuée de mouches. C’est parce que le décor pousse le visiteur à détaler plutôt que de franchir la porte d’entrée où reposent un tapis de déchets plastiques, des restes de nourritures et de cadavres d’animaux que des gens peu scrupuleux viennent y déposer.

La porte franchie, le décor ne change pas. En effet, sur les bordures du terrain, des arbres morts jonchent le sol. Et plutôt que de gazon, ce sont des herbes qui y poussent et toisent le nombril du visiteur. Bref, l’espace est si bien fourni que les bœufs du foirail, non loin des lieux, viennent y trouver du pâturage. Une situation qui s’expliquerait par un manque de gestion de l’autorité locale de la commune de Diamaguène Sicap Mbao. Ce qui fait que les riverains par la voix de leur porte–parole, Abdou Aziz Guèye, interpellent l’Etat
à prendre des mesures fermes.

Les lieux sont devenus tellement insalubres que cela devient un danger pour les pratiquants et les enfants. Ces derniers avec l’insouciance de leur âge viennent y jouer souvent. « Vous devriez venir plus tôt car il y a quelques semaines, le stade était inondé si bien que nous ne pouvions respirer à cause de l’odeur nauséabonde qui se dégageait des lieux », déplore un riverain. Et pourtant, fait-il savoir, d’insouciants enfants venaient s’y baigner.

Les riverains se plaignent aussi du défaut d’éclairage aux alentours du stade. Ce qui fait le bonheur de quelques délinquants qui viennent y fumer l’herbe prohibée alors que les plus téméraires n’hésitent pas à transformer les lieux en lupanars pour une partie de jambes en l’air.

Au niveau de l’insalubrité, la situation est la même en longeant le mur de la LGI (Légion gendarmerie d’intervention) de Mbao. Un décor qui ne dépare en rien à celui du dépotoir d’ordures de Mbeubeuss.

Promesses de la mairie

Informé de la situation du stade, le Secrétaire général municipal, M. Ndiogou Niang, soutient que le maire a prévu de réhabiliter le stade avec des tribunes, une aire de jeu fonctionnel et si possible des projecteurs. Sur le plan assainissement, le maire promet de tout faire pour que le stade ne soit plus inondé. Ceci en mettant en place un système d’évacuation des eaux. Ce qui va non seulement assainir le stade, mais également les habitations environnantes.

« On avait construit des canaux et cela nécessite des raccordements contigus au mur de la LGI. Il va falloir procéder au raccordement en traversant la route goudronnée jusqu’au canal et ça nous permettra de drainer l’eau jusqu’au canal. Ce qui permettra d’évacuer l’eau qui nous vient de Darou Rahmane3, de FassMbao et de la LGI … », a dit le Secrétaire Général Municipal.

En tout cas, selon les confidences de M. Niang, le maire a pris toutes les dispositions utiles en collaboration avec la ville de Pikine afin qu’au courant de l’année 2018, le stade soit réhabilité. Ce qui permettra de nettoyer les dépôts d’ordures sauvages installés à côté du stade.

Et pour une meilleure gestion du stade, M. Niang confie qu’après la réhabilitation du stade, des règles strictes vont être appliquées et un comité de gestion sera créé. De ce fait, rassure le Secrétaire Général, il ne sera permis à personne de faire ce que bon lui semble. Le comité qui sera mis en place veillera à la maintenance et à la sauvegarde du stade.

Ousmane THIOR (stagiaire)