Concours d’entrée à l’Ecole des douanes : Près de 100 000 candidatures pressenties

Depuis avant-hier lundi, les inscriptions ont démarré pour le concours d’entrée à l’Ecole nationale des douanes. De mémoire de douaniers, confirmée par les archives, jamais un concours national ne connaitra autant de candidats que celui de cette édition 2018 devant permettre de choisir 395 heureux élus parmi 100.000 candidats environ attendus ! Une prévision — ou une participation — record qui s’expliquerait entre autres par la plateforme en ligne mise à la disposition des postulants pour faciliter leur inscription ainsi que le suivi de leurs dossiers en toute flexibilité. Cette dématérialisation totale du concours vise à favoriser l’égalité des chances de réussite aux jeunes issus de milieux modestes et/ou de localités éloignées de Dakar. Dans tous les cas, ce concours bat le record absolu du nombre de candidats à une épreuve de ce genre ! Preuve de l’attrait qu’exerce le métier de douanier, bien sûr, mais aussi, hélas ! du nombre de chômeurs diplômés que compte notre pays. Sans compter la grande désespérance d’une partie de la jeunesse…

Le derniers concours d’entrée à l’Ecole nationale des douanes remonte à 2015, année durant laquelle 33.000 candidats avaient postulé pour seulement 617 places disponibles dont 165 réservées aux professionnels ou douaniers du rang. Trois ans après, l’Etat a décidé de poursuivre son programme de recrutement et de formation au profit de l’Administration des douanes. C’est ainsi que, depuis ce lundi, les inscriptions ont démarré pour le concours d’entrée à l’Ecole des douanes. Cette année, la particularité voire l’innovation de taille, c’est que les candidats vont s’inscrire en ligne et suivre leurs dossiers en toute flexibilité sur fond de transparence.

Epreuves physiques décentralisées

Cette dématérialisation totale du concours a surtout pour but de favoriser l’égalité des chances de participation et de réussite aux candidats, quelle que soit leur localité de résidence. Autrement dit, cette innovation répond en grande partie au souci de ne pas défavoriser ceux d’entre ces derniers qui habitent dans les localités les plus éloignées du pays. D’où la prévision d’un nombre de candidats estimé entre 70.000 et 100.000 candidats. « Nous sommes convaincus que le concours va frôler ou dépasser la barre des 100.000 postulants. Ce, compte tenu de l’innovation ayant consisté à dématérialiser les formalités d’inscription », se félicite un officier des douanes, membre du comité d’organisation du concours 2018.

Pour mesurer la portée de cette innovation, qu’il suffise de rappeler que les années précédentes, toutes les épreuves physiques d’admissibilité se déroulaient à Dakar. Cette année, pour éviter le rush qui avait failli se transformer en émeutes de 2015, l’Administration des douanes a décidé de décentraliser les épreuves physiques dans les autres régions à savoir Saint-Louis, Ziguinchor, Tambacounda et Kaolack. Elles se tiendront du lundi 18 juin au samedi 07 juillet 2018. Le nombre de places à pourvoir est ainsi fixé : 355 pour le concours directs (élèves, étudiants et autres chômeurs) dont les 35 sont exclusivement réservés aux militaires, gendarmes et policiers désirant intégrer le rang des douanes après plus de cinq ans (05) de service au minimum. Pour les concours professionnels ouverts aux contrôleurs et sous-officiers désireux de devenir inspecteurs ou officiers supérieurs des douanes, 40 places sont à prendre.

Une Douane dépourvue de moyens roulants

Au total, ils seront 395 appelés à franchir les nombreux « Haltes-Douane » d’un concours que les organisateurs veulent sélectif, rigoureux et transparent. Inutile de vous révéler qu’ils seront très nombreux les brevetés, bacheliers, licenciés, maitrisards, docteurs et autres cartouchards à vouloir intégrer le prestigieux corps des douanes. Car en dehors des élèves et étudiants régulièrement domiciliés au Sénégal, nombreux sont ceux qui, à partir de la France, le Maroc, les Usa, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée etc. pour s’inscrire en ligne et venir concourir au bercail. En 2015, de nombreux candidats étaient venus de l’étranger pour concourir…

Il est vrai que le concours des douanes constitue l’une des rares offres d’emplois pour défoncer directement les portes de la fonction publique. Et la prévision des 100.000 postulants peut servir de baromètre dans un pays où le chômage des jeunes est un véritable problème. Un seul hic, voire paradoxe, au moment où l’Etat s’apprête à recruter près de 400 gabelous, les soldats de l’économie en service dans les postes frontaliers, directions et subdivisions, sont confrontés à de sérieux soucis de mobilité. Autrement dit, ils manquent dramatiquement de véhicules, notamment des « pick-up » de patrouille et de chasse pour remplir correctement leur noble mission de protection de l’économie nationale.

Comme quoi, les douaniers ne sont pas bien lotis contrairement à ce que l’on croyait… Ce qui n’empêche pas les candidats de se bousculer au portillon de ce prestigieux corps !

Pape NDIAYE