Thiès : L’étrange activisme d’Oumar Diop après son limogeage de la SAR

Les Thiessois s’étonnent — pour ne pas dire qu’ils se gaussent — de l’activisme politique subit de l’ancien directeur général de la SAR (Société africaine de raffinage), M. Oumar Diop. Le responsable politique APR à Thiès-Nord, la majeure partie du temps aux abonnés absents et jadis prompt à « rabrouer » certains de ses concitoyens, et se targuant d’avoir obtenu son poste de DG de la SAR «grâce à mes relations personnelles avec Macky Sall » dont il a été le collègue à Pétrosen et « non par la voie politique », au point de « se croire au-dessus de la masse », Oumar Diop, donc, se signale depuis l’annonce de son limogeage par un militantisme bruyant. Ce alors que les habitants de la capitale du Rail ne le voyaient plus guère en temps normal !

« Oumar Diop n’a jamais aidé personne. Qui d’autre, excepté son petit groupe, a-t-il aidé ? Quelle activité a-t-il menée dans cette ville ? » Ce sont-là les propos d’un groupe d’anciens responsables apéristes à la base, selon qui, « l’ancien DG de la SAR n’est même pas connu ici à Thiès. En tout cas nous, les anciens, il ne nous jamais aidés, jamais appuyés. D’ailleurs c’est quelqu’un qui ne décroche jamais son téléphone, il minimise les gens ». Un membre du groupe de séniors enfonce le clou : « ce responsable APR de Takhikao, à Thiès-nord, n’a jamais rien gagné dans sa zone, même pas un bureau de vote. Parce que tout simplement depuis qu’il a été nommé Dg de la Sar, il n’a pas mouillé le maillot totalement, on ne l’a pas senti au niveau de Thiès, il n’a pas fait un travail palpable dans la ville ».

Nos interlocuteurs sont en tout cas interloqués : « pourquoi attendre d’être destitué pour vouloir bouger et faire du ‘’saupoudrage’’ ? Cela revient à tromper le président de la République ! ». Et d’estimer que « les pratiques de ce genre doivent être bannies parce qu’en vous mettant dans un poste de responsabilité, le président Macky Sall a voulu que vous fassiez du travail politique à sa place, que vous aidiez les militants dont les anciens et les autres membres de la mouvance présidentielle. Mais il ne doit pas s’agir de rester dans son coin et gérer son poste avec sa fa- mille et ses amis, laissant en rade tout le reste du camp présidentiel et attendre qu’on vous destitue pour vouloir montrer au Président que vous travaillez. Nous pensons que c’est de la fumisterie. Il faut que les gens sachent cela, il faut que le président Sall aussi le comprenne ».

Pourquoi attendre d’être destitué pour faire du tape-à-l’œil ?

A Thiès, beaucoup de cadres républicains pensent que « Oumar Diop avait un bon poste qui pesait lourd économiquement mais lui, en réalité, était un poids plume au plan politique ». Pourquoi ? Parce que, soutiennent-ils, « il ne descendait pas sur le terrain. Et ça on le déplore, pour attirer l’attention du chef de l’Etat pour qu’il ne se laisse pas tromper par certains responsables politiques qui n’ont pas travaillé et attendent d’être destitués pour venir faire du tape-à- l’œil ».

A ses proches, l’ancien DG de la SAR, « un ami à Macky Sall avec qui il a de vieilles relations qui dateraient du temps où le président de la République était en fonction à Petrosen et où lui était le chef comptable », faisait presque toujours comprendre que son poste n’était pas « politique ». Par conséquent, même s’il n’avait pas fait de la politique il allait avoir un poste prestigieux. Aujourd’hui, compte tenu de ces dites relations avec le chef de l’Etat, les proches d’Oumar Diop se disent certains qu’il va avoir un « autre poste stratégique » d’autant que, pensent-ils, « tous les postes stratégiques, Macky Sall les donne à ses amis, ses proches ».

Toutefois, cet enseignant aperiste à Thiès-Ouest estime que « tout Thiès reconnait que Oumar Diop ne pèse pas lourd sur la balance électorale dans sa ville ». A l’en croire, « compte tenu des moyens qu’il avait, il aurait pu faire comme le Directeur général du Groupe La Poste, Pape Siré Dia ou l’ancien ministre Thierno Alassane Sall et même l’ancien ministre conseiller Ibrahima Wade, sinon même plus ». Hélas, regrette l’enseignant apériste, Oumar Diop «a préféré rester dans son coin, à Thiès-Nord. Or, même s’il ne pouvait pas donner des emplois comme Siré Dia, il avait les moyens d’accompagner les gens, surtout les anciens ». Ces derniers ne mettent à l’actif du Dg destitué de la Sar qu’ « un seul acte fort », à savoir « l’érection d’un poste de santé à Keur Mame El Hadj Ndiéguène ».

Un leader sans visibilité politique

« L’erreur d’Oumar Diop, selon nombre de militants proches du président Sall, réside dans le fait qu’il ne s’est fait entourer que de quelques hommes de confiance mais n’avait pas d’équipe ou de groupe travaillant pour la massification du camp présidentiel. Il n’a pas de visibilité politique parce que ne s’identifiant qu’au Benno Bokk Yakkar, une coalition qui, à Thiès, n’existe, ne travaille qu’en période électorale ». Poursuivant, ces militants du camp présidentiel soutiennent qu’« Oumar et les autres leaders aperistes de notre ville comme Mme Ndeye Tické Ndiaye, directeur général de l’Agence nationale des affaires maritimes, après avoir été nommés par le président Macky Sall, auraient dû, à leur tour, outiller les responsables à la base, mais ils préfèrent mettre en selle leurs propres hommes qui ne sont le plus souvent que des courtisans guère des militants au sens noble du terme».

En tout état de cause, l’amer constat est qu’« à Thiès les responsables APR, tout comme nombre de leaders locaux de Benno Bokk Yaakaar, semblent s’être endormis par rapport aux stratégies politiques à mettre en mouvement sur le terrain dans la perspective de conquérir la ville et de contribuer de façon décisive à la réélection de notre candidat ». Et nombre de responsable à la base de pointer le doigt sur le coordonnateur départemental de l’Apr, Dr Augustin Tine et, au niveau de la commune, le vice-président à l’Assemblée nationale, Abdou Mbow. Ces militants désarçonnés disent avoir constaté « un désordre total, un sauve-qui-peut au sein de notre famille politique. Une situation qui, si l’on n’y prend garde, pourrait mener droit vers l’implosion de l’APR, en particulier dans la commune. »

Cheikh CAMARA, correspondant à Thiès