Actualité] Haïti en mode lock

Quasiment tout les services sont inaccessibles

Sans barricade dans les rues, le pays court vers sa fermeture quasiment totale. Plusieurs hôpitaux, institutions scolaires annoncent leurs arrêts de fonctionnement à cause de la rareté de carburant. En outre, les gares sont vides. Le transport en commun en agonie. 

Le pays est plongé dans une crise multidimensionnelle. Le transport en commun est presqu’au point mort.  » Yon galon gaz vann 1 500 goud. Lè w al nan grenn ponp Kap bay yon ti gaz la se moun ki vin ak doum yo vann « , martèle ce chauffeur dans un micro trottoir que l’équipe de Le Témoin avait effectué.

À cause de la disette, plusieurs chauffeurs de transport en commun décident de garer leurs voitures dans un coin. Dans les rues de la capitale, tout près des stations d’essence, elles sont innombrables. Cette situation affecte le quotidien des citoyens qui sont obligés de parcourir plusieurs centaines de mètres à pied pour atteindre leurs destinations. 

Une situation qui provoque d’autre part, la fermeture de plusieurs entreprises dans le pays. Des stations de Radios commencent à être affectée. La compagnie de téléphonie Digicel, dans un communiqué annonce que 15 de ses sites sont hors services. Les hôpitaux Saint Luc et Saint Damien suspendent leurs services à partir du mardi 26 octobre. L’hôpital de la Convention Baptiste d’Haïti pense aussi à fermer ces portes. De forte probabilité pour des écoles supérieures et classiques à emprunter ce chemin dès lundi prochain.

Qui transportera les malades à l’hôpital si les ambulances n’ont pas d’essence ?

Carl Henry Florant

Le Témoin

Bouton retour en haut de la page
Recevoir les Notifications ?    OK NON