CultureNationalSociété

CULTURE Jean Garmel Buteau, un vrai talent : pour quel avenir ?

C’est un talent précoce, mais nul ne peut contester ses qualités  artistiques. En seulement trois ans, l’ancien champion du concours « Noël Caraïbes » se fait un nom et devient l’un des talents acceptés du monde musical haïtien. Sa dernière sortie avec K-Dilak « mesaje a », un artiste qu’il chérit tant,  sur le morceau « yo pakab ankò »,  ne fait que confirmer qu’il est plein de talents.

B-Garmel, de son nom d’artiste, n’a que 12 ans. À cet âge, il prouve déjà qu’il est un  talent fleuve en ce qui a trait à la musique. En 2017, le jeune prodige l’a prouvé en remportant la première édition  du concours « Noël Caraïbes » alors qu’il n’avait que 9 ans.  Avec une belle présence scénique et une grande  prestation au palais municipal de Delmas le 21 décembre 2017, le jeune talent a réussi  à rafler le prix du concours aux dépends des 219 autres  participants.

 Après avoir remporté ce prix, l’artiste, originaire de Carrefour, a sorti deux chansons « Nou ka chanje » et « Pwoteje tèt nou ». La dernière est un opus vidéoclipé  qui vise à sensibiliser la population haïtienne, particulièrement les enfants sur la nécessité de se protéger contre le coronavirus. C’est encore un Jean Garmel petit  dans son corps mais  grand d’esprit.

« Yo pakab ankò » est le nouveau titre de K-Dilak featuring le jeune chateur B-Garmel. Ce tube vidéoclipé, qui recueille déjà plus d’un million de vues sur YouTube, met sous les projecteurs les mauvaises conditions des enfants  de rue communément appelés « kokorat » en créole haïtien. L’interprète de « nwèl se lanmou »  à lui seul provoque  des émotions chez les mélomanes, même  les moins sensibles,  en lançant un appel aux autorités concernées à prendre en considération ces  enfants qui dorment à même le sol sur les trottoirs.

Jean Garmel  Buteau est, sans doute aucun, l’un des prodiges le plus talentueux de sa génération. En sus de ses talents artistiques,  celui qui vient d’une famille de quatre enfants détient aussi un atout majeur,  pour son jeune âge, lors de ses différentes prises de parole : sa fluidité langagière. Il a une facilité de dire qui n’est que, selon lui, le résultat  d’une bonne éducation.

Ce n’est point un secret.  À Haïti, les espaces de loisirs et d’organisation des activités culturelles se font de plus en plus rares. Jean Garmel Buteau, a été découvert grâce à un concours organisé par Radio Télévision Caraïbes en 2017. Mais,  combien de B-Garmel  aurait-on pu découvrir s’il y avait eu une véritable  politique culturelle  en Haïti ? Et bien, le rappeur D-fi, dans  sa chanson titrée « zetwal yo konn etenn », rappe en affirmant que   beaucoup de talents sont morts dans l’anonymat.

Wilder SYLVAIN

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page