ActualitéInternationalPolitiqueSantéSociété

Des millions de familles américaines qui n’ont pas pu payer leur loyer depuis des mois à cause de la crise, risquent d’être expulsées de leur logement à partir de ce samedi

Alors qu’expire l’atermoiement qui les parrainait. Les élus de la Chambre des représentants ont échoué vendredi à se mettre d’accord pour accorder un délai supplémentaire aux locataires en difficulté. Il y a pourtant nécessité, d’autant plus que le variant Delta vient augmenter le nombre de nouveau cas de Covid-19 chez l’oncle Sam

Une commission représentative avait proposé d’aller jusqu’au 31 décembre, mais le soutien n’était pas suffisant, y compris dans les rangs démocrates. Un sursis jusqu’au 18 octobre avait alors été proposé à la discussion. Malheureusement, tous les républicains rejettent en bloc. Pas un seul républicain ne soutient cette mesure. La démocrate Nancy Pelosi trouve désenchantant, que les républicains ne comprennent pas qu’il y a urgence.  Il est extrêmement décevant que les républicains de la Chambre et du Sénat aient refusé de travailler avec nous sur cette question a écrit la présidente de la chambre dans un communiqué. 

Selon les déclarations de l’afro-américaine porte-parole de la Maison blanche, Karine Jean-Pierre, il s’agit d’une préoccupation de santé publique lors de son point de presse quotidien. Alors que les élus de la chambre des représentants partent en vacances jusqu’à la fin du mois aout, ces familles américaines attendent désespérément que ce dossier soit traité vite et de façon urgente. 

Karine Jean-Pierre, Porte-parole de la Maison Blanche

Selon une instance de statistique et de recherche indépendant le CBPP, il y a plus 10 millions de personnes en retard ou incapacité de paiement. Et environs 4 millions de locataires risquent de se faire expulser dans les jours prochains selon une enquête menée sur 51 millions de personnes par un bureau de statistique [CENSUS] Le Président Biden lui a son tour demande aux élus de la chambre des représentants de prolonger le délai, mais selon plusieurs des hommes de lois, le locataire de la maison blanche avait fait cette demande trop tard. Nous sommes à trois jours de la fin du moratoire inconstitutionnel sur les expulsions et quelle solution pour Joe Biden ? blâmer la cour et le congrès et leur demande d’y remédier ; les propos du vice-président républicains Patrick McHenry, par ailleurs ce dernier explique que les républicains avait mis sur pied un texte pour pouvoir prolonger ce moratoire, jusque-là sans réponse.    

Le Témoin

Bouton retour en haut de la page