EconomieInternationalSport

ECONOMIE | Le football un vecteur important dans l’économie du Brésil

Le sport souvent considéré comme seulement un jeu, contribue pourtant énormément dans l’économie de certains pays. En effet, le football, le sport le plus populaire au brésil, est devenu l’un des principaux vecteurs dans l’économie de ce pays.

La  Série  A du Brésil, un championnat d’une grande importance 

Les footballeurs brésiliens évoluent dans 80 championnats dans le monde durant ces vingt dernières années, les meilleurs clubs européens surtout regroupent un nombre important de joueurs brésiliens. La majorité de ces joueurs ont évolué dans le championnat brésilien, particulièrement  les plus grands clubs. Ce qui fait que  le championnat brésilien est devenu une rivalité, et considéré comme l’un des plus grands et  importants championnats du monde, après les cinq  championnats majeurs de l’Europe. Si le pays est réputé pour son championnat c’est grâce aux performances des joueurs dans les championnats majeurs européens : France, Angleterre, Allemagne, Italie, Espagnol.

Le football dans l’économie du Brésil.

Le  série A du championnat brésilien  est très solide du point de vue économique grâce aux activités de transferts des joueurs à l’étranger. D’après les informations révélées par EPOCA,  le transfert  de joueurs à l’étranger a représenté une manne de 634 M R$ en 2015, un montant en hausse de 71% par rapport à 2014. Droits télé en hausse, billetterie en progression, nouveaux sponsors… Au Brésil, le chiffre d’affaires des 20 clubs de première division a atteint 890 millions d’euros en 2015, soit 26% de plus que l’année précédente.

Selon les chiffres, ces résultats s’expliquent notamment par 30% de droits télé en plus. Les stades construites ou rénovées pour la Coupe du monde 2014 ont également permis une hausse de 24% des revenus de la billetterie.

Brésil le premier pays  exportateur de footballeurs dans le monde

En 2014, le Centre International d’Etude du Sport (CIES) a recensé 1784 footballeurs brésiliens évoluant à travers les championnats internationaux, soit le premier pays en nombre de joueurs expatriés dans le monde. A une échelle plus fine, « les Brésiliens constituent de loin le contingent le plus fourni de footballeurs expatriés en Asie (437 joueurs). Il s’agit du taux de concentration le plus fort mesuré à l’échelle d’une Confédération » (Besson, Poli, Ravenel, 2015). De plus, « les brésiliens en 2014 représentent 25 % des footballeurs étrangers évoluant dans les équipes asiatiques. Evidemment, les brésiliens sont bien plus nombreux en Europe, mais ne représentent que 8,5% des étrangers».

1 202, le nombre de brésiliens expatriés

Grâce à l’ouverture du marché des transferts dans le monde, dans les différents championnats mondiaux on retrouve au moins un ressortissant étranger. Selon le dernier rapport de CIES publié en avril 2020,  trois nations, dont le brésil en première position devant la France (781) et l’Argentine (753) représentent à eux-seuls  22,7% de l’ensemble des effectifs mondiaux d’expatriés. D’après certains commentateurs, au moment où nous parlons, les joueurs brésiliens constituent  la seule main-d’œuvre dans l’industrie du football professionnel.

Les 10 Brésiliens les plus chers en transferts de l’histoire

En 2018, les joueurs brésiliens faisaient partis des joueurs les plus chers au monde. Ces joueurs  s’évaluent à un montant de 800 millions d’euros en indemnités. Elles font parties des joueurs les plus chers de toutes nationalités confondues selon Sportune.   

  • 10. Ronaldo, au Real Madrid (2002-2003) = 40M€
  • 9. Vinícius Júnior, au Real Madrid (2018-2019) = 45M€
  • 8. David Luiz, au PSG (2014-2015) = 49,5M€
  • 7. Alex Teixeira, au Jiangsu Suning (2015-2016) = 50M€
  • 6. Hulk, au Shanghai SIPG (2016-2017) = 55,8M€
  • 5. Oscar, au Shanghai SIPG (2016-2017) = 60M€
  • 4. Kaka, au Real Madrid (2009-2010) = 65M€
  • 3. Neymar, au FC Barcelone (2013-2014) = 88M€
  • 2. Philippe Coutinho, au FC Barcelone (2017-2018) = 120M€
  • 1. Neymar, au PSG (2017-2018) = 222M€

Fedia STANISLAS

Bouton retour en haut de la page