En plus des kidnappeurs, les propriétaires des stations d’essence dévalisent la population haïtienne

Les propriétaires des stations de service créent des raretés artificielles pour leurs bénéfices

Une population en proie à la misère, soumise à une insécurité infernale, qui perd chaque jour le pied sur le plan économique à cause du kidnapping et maintenant arrive la révision à la hausse du prix de carburant de manière stratégique.

La première opérations pays lock était sans doute l’œuvre des haïtiens mécontents de la montée des prix du pétrole à la pompe. Les émeutes étaient déficitaires à la classe économique, plusieurs institutions vandalisées, pillées. Conséquences désastreuses, le Président Moïse avait fait marche arrière. Et depuis, il y a une rareté artificielle de gaz sur le marché. À la pompe, le pétrole est distribué par compte gouttes, il est interdit à un seul propriétaire de faire le plein. Quelques gallons pour des déplacements limités, après quoi, le marché informel reste l’atout incontournable. 

Crédit photo: Le Témoin/Jean Junior Derson

Le gallon de l’essence coûte environ 200 gourdes à la pompe, c’est environ 3 fois plus dans le secteur informel; Soit, 500 à 650 gourdes le gallon. Les petits commerçants de rue opèrent pour le compte des propriétaires et le butin est divisé entre les deux parties. 

Les haïtiens qui ont manifesté contre l’ajustement des prix paient maintenant le pot cassé. Sans un gouvernement légitime, pas de président, mort assassiné depuis tantôt 4 mois, le palais législatif qui devrait loger plus de 140 élus, compte que 10 Sénateurs. 

La radiographie de la situation est lamentable. Les propriétaires des stations, les grands manitous du pétrole en Haïti font leurs lois. Ils continuent en plus du marché de kidnapping de dévaliser une classe moyenne totalement appauvrie.  

Wi gen gaz, yo di nou pa bay, semèn k ap vini n ap fè w sèl bay. Avoue un pompiste à un rédacteur de Le Témoin qui était rendu sur place. 

Le Témoin

Bouton retour en haut de la page
Recevoir les Notifications ?    OK NON