Haïti-Kidnapping] Entre Politiciens et autorités gouvernementales, qui est l’époux légitime?

Les cas de kidnapping qui ne cessent de multiplier dans la zone métropolitaine, prennent désormais une autre tournure. Des personnalités influentes de la classe politique et du gouvernement seraient auteurs intellectuels de ces actes. Le couteau utilisé par Jacques Pierre Matillus pour blesser l’un de ses assassins, lors de la tentative de son enlèvement le 3 février dernier, a été retrouvé par la DCPJ dans l’un des véhicules appartenant à l’ancien Sénateur de la République,Nenel Cassy. Une révélation faite par Me Samuel Madistin de la Fondasyon Je Klere [FJKL] sur les ondes de la radio Vision 2000, le lundi 26 octobre 2021. 

L’actuel ministre de la justice, Liszt Quitel qui serait impliqué dans un cas de kidnapping

Alors que la population haïtienne continue de faire face à une montée vertigineuse des cas d’enlèvement et de meurtre dans le pays. De grands commis de l’état et hommes politiques sont indexés dans de telles malversations. Récemment, le RNDDH a révélé la complicité d’un ministre du gouvernement actuel, dans le dossier d’enlèvement du pasteur Ferrer Michel. Un enlèvement qui serait un règlement de compte bien orchestré par Liszt Quitel, actuel ministre justice ai. 

Tel est le cas dans l’affaire concernant, le meurtre du commerçant, Jacques Pierre Matillus, dont l’ancien Sénateur des Nippes, est indexé. L’arme blanche qu’avait utilisée la victime pour blesser l’un des ravisseurs, à savoir un couteau, a été retrouvé par la DCPJ dans l’une des  voitures dudit Sénateur.

Sénateur Renel Cassy, accusé par la FJKL

Pour l’instant, aucune source officielle ne confirme les révélations du défenseur des droits humains. Entre temps, l’opinion publique s’alarme autour de cette révélation, qui laisse traîner les doutes autour de M. Cassy, membre influent du secteur Démocratique et Populaire [SDP]. 

La population est livrée à la merci des gangs. L’insécurité bat son plein, plus particulièrement les cas de kidnapping qui sèment la peur quotidienne. Des sommes exorbitantes sont réclamées par les ravisseurs en échange de la libération des victimes sous le silence complice des autorités concernées, qui ne font que constater les dégâts. Ajouter à ces faits, la pénurie d’essence depuis plusieurs mois se mélange du désarroi des haitiens.

Ann-Olguetty LoodJenny DIEUVE.

Le Témoin

Bouton retour en haut de la page
Recevoir les Notifications ?    OK NON