Haïti-Société | Construction anarchique à Pétion-Ville, un bâtiment qui logera une école suscite des inquiétudes.

Risque d’effondrement à Pétion-Ville

Plusieurs habitants et habitués de « Montagne Noire » crient ô scandale après avoir constaté la construction d’un immeuble comportant trois (3) trois étages dans la zone. Les riverains dénoncent du fait que les premières pierre de cet édiffice sont posés sur les débris des anciennes infrastructures abandonnées depuis plusieurs années. Et un mur lisière sans fondement adéquat a été intégré dans le long de cette construction. 

Les victimes de la tragique journée de 2008 sont vivants. Celles qui n’ont pas été tuées sous les décombres de l’institution de la Promesse s’en souviennent encore. Plusieurs dizaines de personnes étaient mortes dans l’effondrement d’un bâtiment logeant une école classique à Petion-ville. Cela n’a servi de leçon à quiconque. De leurs côtés, les autorités étatiques haïtiennes laissent les gens construire leurs maisons sans contrôle et en dehors des normes établies. 

C’est le tour des habitants de Montagne Noire, qui veulent  alerter les institutions concernées sur un danger réel qui s’érige à la rue Métellus,contiguë avec la rue Borno, bas Montagne noire. La construction d’un immeuble devant loger une école, où les semelles et les poteaux ont été calculés pour un simple mur de clôture et non pour un immeuble de 3 étages. Pourtant, ce mur lisière mal fagoté et sans fondement suffisant est méchamment  intégré dans le bâtiment. Selon ce citoyen, Hantz Dérisain, divers plaintes ont été déposées à la Mairie de Pétion-ville par des simples citoyens et des professionnels de construction. Mais jusque-là aucune intervention du Maire Kesner Normil. 

Crédit Photo; Ing Michelet. Les semelles et poteaux ont été calculés pour un mur de clôture, non pour un édifice de 3 étages

Le propriétaire utilise ses accointances politiques pour continuer au vu et au su de tous de negliger le respect de la vie de ses futurs élèves. En 2008, l’actuel Directeur général de l’unité de construction des bâtiments publics, Yvon Bissereth avait déploré ces types de constructions devant les cameras de RFI, lors de l’effondrement de l’établissement la Promesse qui avait fait plusieurs dizaines de blessés et plus d’une dizaine de morts.

Maintenant qu’il est en poste est ce qu’il ne voit pas le danger que cours les éventuels élèves de l’établissement si l’État laisse aboutir ce projet? A martelé Michelet, qui s’identifie comme étudiant en génie civil. Les autorités ne pourront clamer leur innocence, puisque toute la population en parle. Cette construction représente un danger réel, et risque l’effondrement comme le vieux bâtiment logeant la Promesse en 2008.

Nous attendons la réaction de l’État, de la mairie pour stopper et exiger une construction qui respecte les normes élémentaires.

Le Témoin

Bouton retour en haut de la page
Recevoir les Notifications ?    OK NON