La Presse Haïtienne face à l’éthique professionnelle

La presse traditionnelle haïtienne est souvent critiquée pour sa mauvaise gestion de l’information, la qualité et l’authenticité de son travail. Avec l’apparition des nouvelles plateformes technologiques, les canaux de diffusion et les réseaux sociaux ont pratiquement explosé, sans aucune structure ni préparation des consommateurs exposés à une pollution d’informations. Par conséquent, des allégations fallacieuses et des campagnes de propagande font finalement du journalisme un outil de diffamation. 

A lire aussi : Quand le marché de la diffamation se porte à merveille en Haïti

Un interrogatoire au sein de la DCPJ : vrai galimatias

Au cours de la présentation au grand public et devant la presse des présumés assassins de la lycéenne Evelyne Sincère à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) ce lundi 09 novembre, à entendre les journalistes poser des questions dans une atmosphère de désordre, mêlée de cacophonie, plusieurs noms peuvent être accordés à cette exercice, sauf une interrogation. Des questions propagandistes, sans fondement fouettaient les jeunes présumés assassins qui tournent en rond dans cette supercherie médiatique. Chaque journaliste essaie de défendre une chapelle bien déterminée, et ceci était très visible. Sur le web, les constats sont alarmants, la population exprime un sévère manque de confiance à l’égard de cette presse mercantile, sans scrupule, et médiocre.

Conflit d’intérêt 

Un journaliste peut-il être à la fois analyste politique et consultant dans une institution publique dirigée par un politicien? Beaucoup de journalistes sont pourtant des fonctionnaires de L’Etat alors qu’ils sont au micro. A titre d’exemple, le journaliste Roberde Céliné dit Bob-C, était consultant d’un ancien parlementaire, sur la toile les internautes ont pu constater la souche d’un chèque révélant combien gagne ce journaliste par mois.  

Le journaliste Guerrier Henri de son côté avoue maintes fois ses déboires et les justifie avec des arguments malfaisants. Ce dernier qui était bénéficiaire de carburant de la PNH a vu son alimentation coupée, selon une source très proche de l’institution.  

La montée de l’insécurité est flagrante, c’est un constat unanime, mais comment un journaliste peut-il s’acharner contre un Directeur Général de Police et réclame sa tête au Président de la République? 

Oui, le journaliste peut bien analyser la situation sécuritaire du pays qui est plus que chaotique, mais tenant compte de ses propres antécédents, après la révocation du contrat qui est un problème personnel, il y a bien conflit d’intérêt. Politicien ou journaliste, fonctionnaire d’état ou analyste politique, il faut bien se positionner à un certain moment.

Enrichissement illicite 

Le métier de journaliste n’est pas le mieux payé, d’ailleurs beaucoup d’entre eux parlent d’un choix de sacerdotal. Mais quant à l’enrichissement des journalistes haïtiens, on se doute bien qu’il y a une formule magique. Les analystes politiques en particulier gagnent bien leur vie, très bien même. Entre voiture de luxe et plusieurs appartements suivis de voyages, on peut comprendre bien pourquoi autant de charlatans munis de cloche se convertissent en analystes politiques ces derniers temps.

Beaucoup de journalistes ne vivent pas vraiment dans la crasse à l’image du pays. S’ils dénoncent cette pauvreté avec des discours populistes à la radio, vous devez savoir qu’une pluralité d’entre eux vivent dans des manoirs et s’habillent en costumes très chers aux frais de la misère du peuple. Ils sont aussi très bien entretenus par des politiciens corrompus et rejoignent les cercles très fermés des véreux qui alimentent l’instabilité dans le pays avec des familles budgétivores à l’étranger. Comment peut-on dénoncer les hommes politiques sans parler de leurs véritables défenseurs? 

Une nouvelle génération de journalistes doit voir le jour: une presse indépendante avec des hommes intègres et sérieux pour une nouvelle société et une nouvelle Haïti.

Sonlay CHERISIER

Bouton retour en haut de la page
Recevoir les Notifications ?    OK NON