ActualitéNationalPolitique

L’accord Montana mort-né ?

Plusieurs acteurs nient leurs participations dans cette proposition sortie de crise et nombreuses sont les signatures manquantes sur l’échiquier politique .  

Après plusieurs journées de discussion, une poigné de personnalités de la société civile, et quelques acteurs politiques ont décidé d’adopté l’accord Montana. 

plus de vingt deux jours après l’assassinat du Président Jovenel Moise, plusieurs groupuscules d’homme et femme tentent de prendre le contrôle de l’exécutif sans provision légale avec des hommes méconnaissables dans les affaires de l’état.

Suite à la diffusion de cette information sur les plateformes sociales révélant une requête favorable à un Conseil National de transition [CNT] qui décidera tout. Ce conseil de 14 membres va devoir choisir un Président pour diriger la république d’Haiti ; sans faire mention des critères de choix et un premier ministre. Aux côtés de l’exécutif bicéphale, le conseil passera 2 ans, la durée d’un mandat consensuel prédéfini entre eux. 

Une proposition apparemment qui n’a pas le parrainage des protagonistes important de la vie politique haïtienne. Contacté par téléphone, l’avocat militant, André Michel narre qu’il n’est pas signataire de cet accord, qu’il nie même son fondement politique réel dans la crise. A son tour, Docteur Evalière Beauplan dit, n’a pas été au cœur des débats à l’hôtel Montana, l’ancien Sénateur décante sèchement, je suis pas un signataire de l’accord Montana. 

L’actuel Président du Sénat Haïtien (Sénat dysfonctionnel) Joe Lambert qui se dit ouvert à toute éventuelle proposition de sortie de crise, explique à la rédaction qu’il n’a pas été consulté et qu’il connait quasiment rien de cette démarche. Toutefois l’homme de loi accepte d’écouter tous les acteurs pour un meilleur dénouement de la crise qui ronge le pays.    

Le Témoin

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page