NationalSantéSociété

SANTE | L’exercice physique pour le maintien de la santé et du bien-être

Avec l’avènement de la société industrielle, le travail musculaire du paysan et de l’artisan fait place à celui de l’ouvrier d’usine : la machine remplace systématiquement l’effort musculaire. Avec la révolution de l’informatique et de l’Internet, l’homme moderne, passe la plus grande partie de son temps, assis devant son écran d’ordinateur, comme il l’est à table, dans les transports, ou, le soir, devant sa télévision. Or, notre corps, conçu pour le mouvement  (les muscles représentent 50% du poids du corps) a besoin d’exercice. Paradoxalement, alors que l’effort musculaire diminue, l’alimentation de l’homme moderne est de plus en plus riche.

Si on s’attache à comparer la vie que menaient nos ancêtres à la nôtre, on constate que bien des maux qui nous affligent leur étaient inconnus. Dans les temps anciens, on devait parcourir de longues distances à pied quotidiennement pour subvenir à ses besoins les plus élémentaires. En suite, dans les campagnes, les paysans travaillaient très dur dans les champs et se tenaient ainsi en forme. C’est seulement aujourd’hui en raison de l’inactivité physique qu’on voit apparaitre des maladies liées à l’inactivité physique.

L’exercice physique s’entend de tout mouvement corporel produit par les muscles qui requiert une dépense d’énergie. La sédentarité, ou l’absence d’exercice physique, est un facteur de risque pour les maladies chroniques. On estime qu’elle est à l’origine de 1,9 million de décès dans le monde.

Quand on pense au sport, des images extrêmes nous viennent à l’esprit : efforts, transpiration, souffrance… ces idées négatives peuvent peser lourd sur la motivation. Pourtant, les activités qui accélèrent le rythme cardiaque ne sont pas les seules à maintenir la forme. Trois autres types d’exercices sont tous aussi importants : la musculation, l’équilibre et les étirements.

Une activité physique régulière comme la marche, le vélo ou la danse est bénéfique pour la santé. Elle réduit le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète ou d’ostéoporose. Elle aide aussi à maintenir son poids et favorise l’équilibre psychologique. Il est recommandé d’avoir au moins 30 minutes d’exercice par jour.

Et pour être vraiment bénéfique, l’exercice physique doit être pratiqué de façon régulière, au moins 3 fois par semaine, et en séances d’assez longue durée pour brûler les graisses en excès. Il est recommandé de privilégier l’exercice dynamique, où la souplesse l’emporte sur la force, et surtout les exercices d’endurance par rapport aux exercices statiques de force. Autant l’effort brutal est dangereux pour le cœur, autant les exercices d’endurance le protègent.

Les exercices d’endurance ont l’avantage d’être effectués en aérobie, c’est-à-dire sans blocage respiratoire. La qualité de la respiration pendant l’exercice revêt une importance essentielle ; il ne faut jamais pratiquer un exercice jusqu’à en « perdre haleine ». La respiration doit rester régulière, avec une durée égale pour l’inspiration et l’expiration ; une bonne expiration diaphragmatique est très importante. Tout exercice doit, bien entendu, être adapté à l’état de santé du sujet. La progressivité dans l’effort est indispensable ; un entraînement régulier permet d’en prolonger la durée et d’en accroître l’efficacité.

De tous les exercices, la marche représente l’activité la plus naturelle et la plus nécessaire. Elle est à la portée de tous, et de toutes les bourses ! Elle est recommandée à tous les malades (à l’exception des grands insuffisants cardiorespiratoires). Mieux vaut, certes, la pratiquer en pleine nature, mais on peut la pratiquer partout, même dans la rue d’une grande ville ! Il faut marcher le plus souvent possible.

La marche peut se pratiquer sous des formes variées, selon les goûts, les aptitudes, la santé et le mode de vie de chacun.

Elle peut représenter un mode de déplacement, notamment pour des trajets d’une durée inférieure à 30 minutes. Mieux vaut alors oublier la voiture chaque fois que possible. Elle peut aussi s’agrémenter d’un jeu : le football, la pêche à la ligne le long des rivières…

La marche peut aussi représenter un temps de détente idéal sous forme de flânerie ou de promenade, seul(e), ou mieux encore en famille ou avec des amis. Pour mieux brûler les graisses en excès, mieux vaut, de temps à autre, 3 fois par semaine, adopter un pas rapide.

Lorsqu’on a la chance d’habiter dans un lieu proche de la nature, ou au moins pendant les vacances, les congés, les jours de repos, la marche peut se pratiquer sous forme de randonnée pédestre, à la campagne,  au bord de la mer ou en montagne. Outre l’air vivifiant que l’on respire, la marche devient découverte de la nature : géologie, plantes, paysages, animaux, selon les centres d’intérêt de chacun.

Pas besoin d’imiter  un athlète, il faut juste s’amuser et garder sa forme !!

Rebecca Clermie LIBERUS

Bouton retour en haut de la page