NationalSantéSociété

SANTE | L’importance de visiter régulièrement son dentiste

Pendant longtemps une visite chez un dentiste sans avoir mal aux dents, était considérée comme superflue. Ces derniers temps on observe une nette amélioration dans ce domaine malgré la précarité économique et la faiblesse du secteur de la santé en Haïti.

Les règles d’hygiène bucco-dentaire sont simples: en premier lieu, il faut se brosser les dents au moins deux fois par jour, utiliser un fil dentaire puisqu’il est possible que des aliments restent coincés entre les dents après le brossage ensuite se nettoyer la langue car la langue contribue aux développements des bactéries responsables de la mauvaise haleine. Ça fait déjà beaucoup de travail pour certains pourtant une bonne hygiène bucco-dentaire ne s’arrête pas là, il faut surtout visiter régulièrement son dentiste. Le Docteur Dérival Jovany de la clinique Prix Dents, nous explique que le dentiste est important car il joue deux rôles, un rôle de prévention car il prévient les maladies, comme une carie par exemple, et un rôle de traitement.

Malgré les problèmes économiques du pays, on remarque une augmentation de personnes qui consultent un chirurgien-dentiste et selon le Dr Dérival les réseaux sociaux y jouent un rôle prépondérant. « Ici beaucoup de gens suivent les célébrités, surtout les jeunes, ils les voient consulter leurs dentistes donc ça a un impact et aussi maintenant il y a les moyens de savoir comment prendre soin de ses dents… Donc oui, d’après les données (depuis cinq ans) il y a clairement une augmentation du nombre de patients. »

Suite à un sondage de IPSOS réalisé en France, 40% des personnes interrogées visitent leurs dentistes au moins une fois par an, pourtant en Haïti, il y en a qui attendent plus d’une vingtaine d’années avant d’avoir leur première consultation chez un dentiste, comme Jefferson, âgé de 24 ans. « Je n’y suis jamais allé, mais je compte faire une consultation cette année. » Quand on lui demande les raisons de ce retard, il ajoute : « Je n’ai pas cette culture. Je n’ai jamais vu mes parents aller chez le dentiste. Ensuite je n’ai pas d’argent et je ne sais même pas combien ça coûte, une consultation. »

En plus des prix, rares sont ceux qui prennent du plaisir lors d’une consultation chez un dentiste et la plupart prend la possible douleur ressentie comme excuse afin de ne plus y retourner. Schneider, 25 ans, diplômé en linguistique, souffre de carie depuis plusieurs années, a commencé un traitement mais à cause des piqûres il se permet de sauter les rendez-vous. « C’est trop douloureux. », nous dit-il, « Je prends soin de mes dents, j’utilise des fils dentaires, je me brosse deux fois par jour… J’ai des carries donc je fais très attention car je ne souhaite pas aller tout le temps chez le dentiste. »

Les prix parfois inabordables constituent un frein pour certains et selon le docteur Dérival les prix varient selon les cliniques, « Les prix des cliniques privées peuvent varier mais cela dépend souvent de la qualité des services. Mais d’un autre côté, il y a les cliniques dentaires subventionnées par l’État qui peuvent coûter moins chères ou encore celles provenant d’organisations à but non-lucratif. »

Selon le Dr Dérival, il y a encore beaucoup d’efforts à faire du point de vue de l’hygiène buccale dans le pays. Encore aujourd’hui, à part les prophylaxies et les remplacements dentaires, les maladies parodontales, plus précisément la gingivite (inflammation de la gencive autour des dents) sont les maladies les plus fréquentes qu’il faut traiter.

Et à ceux qui attendent qu’ils soient vraiment malades pour consulter un médecin, le docteur conseille qu’il faut prendre les choses à la base. Si on prend en exemple une carie, ça peut évoluer et devenir un problème endodontique qui nécessitera une opération. On risque de dépenser plus d’argent sans parler de la douleur, du possible traumatisme et du risque de perdre la ou les dents.

Antz Franceley ESPERANCE

Bouton retour en haut de la page