SECURITE | La PNH ferait-elle face à une carence de compétence ?

L’insécurité est au sommet, c’est le malheureux constat d’une opinion publique qui en fait le sujet le plus débattu depuis quelques temps dans le pays. L’institution policière fait difficilement face à sa responsabilité, alors que les malfrats opèrent en toute impunité dans la Capitale haïtiennes et dans d’autres villes de province.  

Depuis jeudi soir, les informations circulent sur la toile et les réseaux sociaux sur une éventuelle révocation du Directeur Général ai de la Police Nationale d’Haïti, Normil Rameau. Selon une source proche du Directeur Général ai joint par téléphone, les hauts responsables de l’Etat auraient déjà exprimé leurs insatisfactions des résultats du commandant en chef de la PNH.

Tacticien très qualifié, Normil Rameau a été impeccable au sein de la Direction Centrale de la police Judiciaire, DCPJ, mais celui-ci peine à donner satisfaction au niveau de la Direction Générale de la Police Nationale. Si les journalistes parlent de mauvaises gestions de troupes, souvent incontrôlables en fonction de la politisation très dénoncée du Corps légal, les proches du commandant en chef de la PNH eux, parlent de mauvais héritage laissé par l’administration précédente. Mais le factuel; l’insécurité grandissante est très mal gérée. 

Un ambassadeur à la tête de la PNH?

Parmi les trois noms figurés sur la table des propositions, affiche celui de Léon Charles, actuel ambassadeur d’Haïti à l’Organisation des Etats Américains (OEA).

Selon la loi portant création de la Police Nationale d’Haïti, les personnels éligibles pour occuper la  Direction Générale de cette institution sont; les commissaires divisionnaires, et les directeurs centraux qui sont de grades inspecteurs généraux.  Pour Léon Charles qui est un ancien chef de la police, et actuel ambassadeur d’Haïti auprès de l’OEA, quelles sont les procédures par lesquelles va-t-il réintégrer la police nationale ? Par rétrogradation? Ou va-t-on avoir deux Directeurs de la Police durant le processus de réintégration?

Désigner un ambassadeur pour prendre les rênes de la PNH, à rappeler que l’ancien Directeur Général n’a jamais été commissaire divisionnaire, ni directeur central avant d’avoir été à la tête de la Police. 

Chercher ailleurs le remplaçant de Normil Rameau est un acte anticonstitutionnel, et une démarche sans aucun fondement au regard de la loi.

Jacques Orival qui était à deux doigts de succéder à Normil Rameau n’a pas eu la bénédiction des États-Unis. Selon certaines informations, ce dernier avait son grand frère, aussi policier, qui était un présumé trafiquant. Oncle Sam a alors demandé une enquête profonde pour élucider l’innocence ou la non-complicité de l’actuel directeur départemental Sud.  Vient maintenant Berson Soljour, actuel Directeur Central de la Police Administrative, un potentiel piste à explorer si on veut procéder a la nomination d’un nouveau DG de la Police Nationale selon les prescrits de la loi.

Sonlay CHERISIER

Bouton retour en haut de la page
Recevoir les Notifications ?    OK NON