ActualitéNationalSociétéUncategorized

Un des caïds du 400 Mawozo installé à Tabarre 53, Torcel, une défaite de plus pour la PNH

Tabarre sous contrôle d’une troupe armée

Depuis plusieurs mois, les hommes de 400 Mawozo qui dirigent la plaine du cul de sac tentaient d’élargir leurs territoires. Pas pacifiquement, sous les coups de rafales d’armes automatiques, face à une police impuissante, les gangs ont eu gain de cause. 

Les habitants de Belvil et de Vivy-Mitchel commencent à s’inquiéter pour leurs sécurités, avec l’arrivée des troupes armées tout près de ces deux quartiers huppés réputés paisibles. L’incapacité de la police nationale d’Haïti, dirigée par Léon Charles est flagrante.

Les hommes de lanmò san jou, réussissent à prendre contrôle de l’axe routier reliant route de frère et Tabarre à hauteur de Torcel. Presque chaque soir, les répétitions et crépitements des gros calibres hantent le sommeil des habitants de la zone et de ses environs. La police nationale a tenté vainement de prendre contrôle de la situation vendredi et samedi, qui respectivement était 3 et 4 septembre. 

Non loin du centre de formation des policiers, l’académie policière, les bandits sèment la pagaille et délimitent leurs territoires selon leurs vouloir. Il faut souligner que ces hommes armés avaient enlevé un homme juste en face de l’ambassade des États Unis en Haïti qui s’apprêtait à quitter une maison de vente d’articles ménagers. L’insécurité généralisée et l’élargissement des tentacules des bases armées sont proportionnels à la peur des citoyens vivant en Haïti.

Le Témoin

Bouton retour en haut de la page