Un deuxième mandat d’Emmanuel Macron en 2022 serait synonyme de chaos généralisé, selon Marine Le Pen

Comme à l’accoutumé, Marine Le Pen a déposé ce 1er Mai une gerbe au pied de la statue de Jeanne d’Arc, à Paris. A cette occasion, elle a estimé que la réélection éventuelle d’Emmanuel Macron en 2022 conduirait à un « chaos (qui) serait absolument général ». 

Comme chaque année, Marine Le Pen a a déposé une gerbe au pied de la statue de Jeanne d’Arc, place des Pyramides à Paris, à l’occasion du 1er-Mai. Elle était cette fois accompagnée de Jordan Bardella, numéro deux du Rassemblement national et candidat aux élections régionales en Ile-de-France.

Avant de donner la date de sa prochaine sortie, mais en virtuelle en raison de la pandémie, la responsable du Rassemblement National a répondu à quelques questions des journalistes. Elle a ainsi martelé qu’un second mandat d’Emmanuel Macron à la présidence de la République France conduirait à un « chaos généralisé. « Ce serait le débaclement social, celui qu’il n’a pas encore réussi totalement à mettre en œuvre, ce serait la purge fiscale car l’Union européenne va évidemment réclamer maintenant la mise en œuvre des mesures qui ont été suspendues par la crise du Covid » et « ce serait la continuation de la vente à la découpe de la France et de nos grands groupes », a ajouté la dirigeante d’extrême droite, qui se présente pour la troisième fois à l’élection présidentielle et veut axer sa campagne sur « la protection, la projection et la transmission ».

Pour Marine Le Pen, le mandat d’Emmanuel Macron n’est autre que 4 ans de destruction et de désunion de la France. « Nous venons de vivre quatre ans de chaos, de désunion, de fragmentation. C’est un mandat de violences et particulièrement à l’égard du peuple français », a-t-elle jugé.

« Moi je veux être la présidente de la paix civile et du rassemblement national, et de l’union nationale. Il y a beaucoup à faire pour retisser ce qu’Emmanuel Macron a consciencieusement déchiré après 4 ans passé au pouvoir, a ajouté la candidate à la présidentielle de 2022.

Marine Le Pen présidera ensuite un meeting numérique qui lancera sa campagne électorales régionales. Elle proposera des idées des pour la jeunesse « qui a payé au prix fort cette année du fait des restrictions sanitaires », sur « leurs cursus, sur leurs projets d’avenir ». Le RN est devenu le premier parti des 25-34 ans, selon plusieurs sondages, alors que les 18-24 ans votent plutôt pour Emmanuel Macron ou le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

Sonley CHERISIER

Le Témoin

Bouton retour en haut de la page
Recevoir les Notifications ?    OK NON